Canal+

L’attitude de l’OL contre Troyes, Sidney Govou est remonté

L’Olympique Lyonnais a pris un peu d’oxygène ce week-end en venant à bout de l’ESTAC (0-1, 21e journée). Même si ce succès a été poussif, les hommes de Peter Bosz ont, à minima, assuré les trois points.

C’est une situation délicate que vit actuellement Peter Bosz. Avec des résultats loin des attentes pour un club tel que l’OL, le coach batave ne peut pas non plus se targuer d’être soutenu au moins publiquement par son président. En effet, il y a peu, interrogé sur une hypothétique venue de Laurent Blanc, Jean-Michel Aulas n’a nullement répondu par la négative, bien au contraire. Dès lors, avec, en prime, un Juninho qui s’est délesté de son poste de directeur sportif,, l’ancien coach du Borussia Dortmund ne se trouve plus vraiment en position de force…

Des Lyonnais toute en suffisance

Néanmoins, il reste du temps à Peter Bosz pour remonter vers les places européennes. Surtout que les Rhodaniens ne sont pas tant largués que cela au classement. Un état de fait qui ne rassure pas vraiment un certain Sidney Govou au micro du Late Football Club. Celui qui a commenté la victoire des Gones face à Troyes ce dimanche pour Canal+, n’a pas vraiment été emballé par le spectacle observé…

« Est-ce que cette victoire rassure le Lyonnais en moi ? Non, elle ne me rassure pas. Quand on voit le match, l’OL a eu 30 premières minutes intéressantes et  a gagné. Cependant, en deuxième période, Lyon n’a pas été rassurant. Ils sont tombés dans un faux-rythme, c’est un gros problème depuis un bon moment déjà. Le problème c’est que quand vous tombez dans un faux-rythme, l’adversaire reprend confiance. Cette attitude ressemble à de la suffisance, et c’est cela qui me dérange. Là, c’est passé parce que c’était Troyes en face, mais contre un autre adversaire cette attitude ne passe pas », a pesté Sidney Govou face à une attitude qui ne lui fait pas prédire que de bonnes choses à son ancienne équipe…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page