Christophe DugarryEquipe de FranceRMC

EdF : La polémique Benzema, Le Graët veut protéger Giroud !

L’énième passe d’armes entre Noël Le Graët et Karim Benzema a fait couler beaucoup d’encre au cours des derniers jours.

Il faut dire que le président de la Fédération Française de Football n’y est pas allé de main morte en disant que « l’aventure bleue de Benzema était terminée ». Sur Twitter, KB9 avait alors répondu à sa manière : « Noël je croyais que vous n’interfériez pas dans les décisions du sélectionneur ! Sachez que c’est moi et moi seul qui mettrait un terme à ma carrière internationale. Si vous pensez que je suis terminé, laissez moi jouer pour un des pays pour lequel je suis éligible et nous verrons ». Deux sorties médiatiques énormément critiquées par les suiveurs du football français. Mais pour Christophe Dugarry, Le Graët et Benzema ont bien agi.

« Le silence de Deschamps me pose problème »

« La discussion entre le président Le Graët, Deschamps et Benzema n’a jamais eu lieu, sauf par déclarations interposées. Benzema et Deschamps ont leur fierté. Aucun des deux n’a voulu faire le premier pas. Benzema ne veut pas s’excuser car il estime que sa phrase n’a aucun sens négatif. Après, je comprends les deux prises de position. Le président Le Graët ferme la porte définitivement car il veut protéger le groupe France, Deschamps et Giroud. Pour éviter les débats et les polémiques. Je trouve cette sortie compréhensible, même si c’est désastreux pour Benzema. Et je comprends aussi la réponse de Benzema. Il est frustré, car Le Graët ne devait pas s’occuper de la sélection. La seule position que je ne comprends pas, c’est celle de Deschamps. Il n’a jamais répondu. Il a fait intervenir Le Graët dans ce dossier… Les choses ne sont pas claires. Il n’y a pas eu de courage et d’honnêteté dans ce dossier. Le silence de Deschamps me pose problème… », a lancé, dans Team Duga, le consultant de RMC, qui estime donc que le sélectionneur tricolore a clairement fauté dans ce dossier Benzema, en laissant encore et toujours la place au doute…

Bouton retour en haut de la page
Fermer