Daniel Riolo

L1 : Une révolution ou la mort programmée, le terrible constat de Daniel Riolo

Alors que tous les autres grands championnats européens vont reprendre d’ici au 20 juin prochain, la Ligue 1, elle, restera à l’arrêt jusqu’au mois d’août…

Une décision qui fait encore débat au sein du football tricolore. Surtout qu’entre la crise sanitaire du Covid-19, qui a freiné les recettes pendant plusieurs mois, et la non-reprise du championnat, les clubs français pourraient perdre plus de 800 millions d’euros… Une énorme perte qui sera un peu compensée par le PGE contracté par la LFP et par l’arrivée des nouveaux Droits TV de Mediapro à partir de la rentrée prochaine. Malgré tout, le foot français doit profiter de cette crise pour faire sa révolution. C’est en tout cas la volonté de Daniel Riolo.

« Le foot français a un problème de culture et d’histoire »

« Le modèle économique du foot français n’est plus viable… On peut chercher toutes les excuses de la terre, sur les charges…etc. C’est une réalité qui se transforme en excuse au moment où tu te compares à tes voisins. La France n’a pas tant un problème d’argent, la France a plutôt un problème par rapport à ce qu’elle fait de cet argent. Car de l’argent, il y en a, et notamment par le biais des Droits TV et des transferts, les deux mamelles du foot français. Le récent rapport de la DNCG, c’est un gag. Depuis 20 ans, on dit qu’il faut développer la billetterie, le marketing… Franchement, on fait 10 matchs de tennis avec Jérôme Rothen en faisant rentrer des gens, avec un peu de marketing autour avec les commentaires de Gilbert Brisbois, on rentre plus d’argent que 10 clubs de L1… J’exagère un peu, mais c’est tellement minable ! Le foot français a un problème de culture et d’histoire. Qu’on ait autant d’argent dans les clubs, c’est déjà heureux, au vu du modèle et comment ça marche. Les Droits TV donnés par Mediapro sont exorbitants par rapport à la qualité du produit. Il va falloir surveiller ce qui va se passer pendant quatre ans, car je ne pense pas que Mediapro va verser tout l’oseille promis… Le prochain appel d’offres sera à la baisse. Si ce secteur-là baisse, avec des salaires moindres derrière, que tu fais partir encore plus de joueurs que maintenant à des prix plus bas, ça va être la catastrophe… », a lancé, dans l’After Foot, le journaliste de RMC, qui espère donc que les clubs français vont mieux travailler après cette crise, que ce soit sur le recrutement extérieur ou sur la formation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer