Daniel Riolo

OL : Le coup tactique de Garcia, Riolo voit le même en amateur

Souvent critiqué, Rudi Garcia est cette fois encensé après la victoire contre la Juventus Turin (1-0) en Ligue des Champions. Des compliments pas forcément mérités selon Daniel Riolo.

Rudi Garcia doit sûrement apprécier ce moment. Critiqué depuis sa dernière saison à Marseille, l’entraîneur de l’Olympique Lyonnais reçoit enfin des commentaires positifs après l’exploit en huitièmes de finale aller de la Ligue des Champions. Le technicien a eu la bonne idée de mettre en place un 3-4-3 payant, tout comme sa consigne de presser le milieu Miralem Pjanic. Pas de quoi impressionner Daniel Riolo, qui constate que le club rhodanien a droit à un traitement spécial.

« En réalité, vu ce que nous propose Lyon depuis pas mal de temps, notamment dans les grands matchs, on est obligé de souligner quelque chose qui est finalement très basique, a noté le consultant de RMC. On est obligé de s’attarder sur les éventuelles trouvailles dans ce match parce qu’on est content. Je me mets à la place des supporters lyonnais qui en ont bavé, on est obligé de se dire : “tiens voilà une copie qui est celle qu’on avait envie de voir depuis longtemps”. On souligne des choses qui sont dingues. Souligner que contre la Juve, une équipe qui joue avec un meneur reculé, si tu mets un pressing sur lui tu poses des problèmes à l’adversaire, même un entraîneur de DH le sait, il n’est pas con. »

Riolo retient la générosité des Gones

« Ce que je mettrais en avant sur le match, ce n’est pas l’organisation tactique, a ajouté Riolo. S’ils ont joué à trois derrière, c’est d’abord pour sécuriser la défense parce que Garcia n’est pas sûr de sa défense à deux. Ce que je mets en avant, ce sont les 118 kilomètres parcourus parce qu’il y a eu une implication qu’on n’a pas vue à Lyon depuis longtemps. (…) On a vu exactement ce qu’on aurait aimé voir de Lyon mais que l’on n’envisageait pas parce que personne ne pouvait croire qu’ils en étaient capables, parce qu’ils ne l’ont jamais montré : à savoir rentrer dans le lard de l’adversaire, être vaillant dans les duels, courir, se battre… Et il y a eu la touche Guimarães, car Lyon n’avait pas de joueur technique au milieu. » Bref, pour Riolo, ce n’est pas la victoire de Garcia.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer