Daniel Riolo

TV : La LFP zappe Free, le coup de gueule de Daniel Riolo !

Disponible gratuitement, l’application de Free permet à ses utilisateurs de revoir les buts et principales actions de Ligue 1 quelques instants après le direct. L’outil n’est pourtant pas mis en avant par la Ligue de Football Professionnel, ce qui agace le journaliste Daniel Riolo.

Prime Video, Canal+, beIN Sports… Cette saison, les amateurs de football doivent accumuler les abonnements pour suivre les compétitions nationales et européennes. Plusieurs chaînes payantes se partagent les droits des différents championnats et tournois. C’est pourquoi beaucoup de supporters se plaignent de ne pas pouvoir bénéficier d’images gratuites. C’est pourtant le service proposé par Free, l’application qui permet de visionner les buts quelques instants après le direct. Le problème, c’est que l’outil reste assez méconnu. Et pour Daniel Riolo, la LFP est responsable de ce manque d’exposition.

« On ne le dit jamais assez. Aujourd’hui la Ligue cire les pompes d’Amazon en espérant qu’ils mettent plus d’argent, a dénoncé le journaliste de RMC. Mais il y a un diffuseur en France qui s’appelle Free, qui a acheté un lot pour un peu plus de 40 millions d’euros. C’est la seule possibilité de voir des images de Ligue 1 gratuitement, par le biais d’une application que tout le monde peut mettre sur son téléphone. On n’en parle jamais, la Ligue ne fait rien pour mettre cette application en avant. La Ligue traite Free comme des clodos ! Il les traite comme un diffuseur à la cave. »

« Je ne sais pas s’il y aura encore ce lot dans le prochain appel d’offres et si Free voudra encore mettre de l’argent vu la façon dont la LFP les traite. Probablement que oui, parce que l’application marche bien. Au moment où l’on dit que l’on ne peut plus voir de football gratuitement, sur cette application tu peux, et on n’en parle jamais. La Ligue a joué la carte Amazon en traitant les autres comme des moins que rien », a critiqué Daniel Riolo, jamais tendre avec l’instance et son patron Vincent Labrune.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page