Foot Européen

PSG : Fred Hermel craint le pire pour Ramos au Real Madrid

Lors du deuxième tirage au sort des huitièmes de finale de la Ligue des Champions lundi, le Paris Saint-Germain est tombé sur la boule du Real Madrid. Une mauvaise nouvelle pour Sergio Ramos ?

Ce match entre le PSG et le Real Madrid n’a pas fini de faire parler. Déjà parce qu’il n’aurait jamais dû avoir lieu, vu que Paris avait tiré Manchester United lors du tirage initial. Mais au final, après un couac avec les boules, l’UEFA a décidé de refaire le tirage, et le PSG est finalement tombé sur le Real. Une rencontre qui sera spéciale pour de nombreux joueurs, et notamment pour Sergio Ramos. Passé du Real au PSG l’été dernier, le défenseur espagnol va donc retrouver son ancien club en Ligue des Champions en 2022. « Évidemment, pour moi, c’est un mélange d’émotions. D’un côté, j’aurais aimé ne pas jouer ce match. Mais de l’autre, ça va être bien de revenir au Bernabéu, à la maison. Maintenant, il faut que je défende les couleurs de mon équipe, et s’il faut mourir pour le PSG, je le ferai », a lâché Ramos sur les réseaux sociaux.

« Ce serait une blessure énorme pour lui d’être sifflé au Bernabeu »

Si Ramos a donc hâte de revoir son ancien public madrilène, Fred Hermel craint quand même le pire pour Ramos. « Je pense que Ramos craint l’accueil du public, car son départ ne s’est pas bien passé. Quand on quitte le Real et qu’on ne part pas bien, on paye la facture d’une manière ou d’une autre. Ramos a été formé au FC Séville, et à chaque fois qu’il retournait à Séville, il se faisait insulter et siffler. Là, au Real, il a été capitaine, il a gagné quatre fois la Ligue des Champions… Je pense qu’il s’inquiète réellement de ce qu’il pourrait y avoir. Ce serait une blessure énorme pour lui d’être sifflé au Bernabeu. Au Real, il y a pas mal de gens qui sont contre lui. Tout cela pour des histoires d’argent… Ceux qui sifflent, ce sont des imbéciles, mais ça fait toujours mal à un joueur », a lancé le journaliste de RMC, qui pense que Ramos ne sera pas le bienvenu à Madrid, où il a pourtant vécu 16 saisons de folie…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page