La Chaîne L'Equipe

Barça : Xavi encense Dembélé, Vincent Duluc a des doutes

Intronisé en tant que nouvel entraîneur du FC Barcelone en ce début de semaine, Xavi Hernandez a dressé des louanges à Ousmane Dembélé.

Le Barça a pris un nouveau virage. Alors que son club catalan a traversé une sacrée crise sous les ordres de Ronald Koeman, Joan Laporta espère que la venue de Xavi sur le banc de touche sera suivie d’évènements positifs. Pour mener à bien son nouveau projet, l’ancien milieu de terrain du FCB veut compter sur les meilleurs éléments de son effectif, à l’image d’Ousmane Dembélé. En fin de contrat au Barça, le champion du monde avait effectué un bon retour en Ligue des Champions contre Kiev la semaine dernière avant de se re-blesser directement à une cuisse… Malgré le passage compliqué de Dembélé à Barcelone, Xavi veut impérativement conserver l’ailier dans son effectif pour les années à venir.

Dembélé « peut être le meilleur du monde »

« Dembélé, à sa position, avec du travail, il peut être le meilleur du monde. Je n’ai aucun doute sur ses capacités, il va être un crack mondial. Tout va dépendre de sa mentalité, il faut aussi prendre soin de lui, on doit l’aider, mais il n’y a aucun doute, sa prolongation est une priorité pour nous c’est clair. Des blessures, il y en aura, comme il y en a eu toute la vie. Mais il faut bien s’entraîner, essayer de prévenir les blessures, s’entraîner mieux. On va nous exiger des choses, et nous on doit en exiger aux joueurs », a lancé le nouveau coach du Barça lors de sa conférence de presse de présentation.

« Le niveau mondial, ce n’est pas de faire un match tous les trois mois »

Un discours qui plaît en partie à Vincent Duluc. « On est en 2021. Dembélé a été champion du monde en 2018 avec une empreinte pas énorme, alors qu’il avait du crédit au début de la compétition. Il a perdu sa place au fil des matchs. Il a un talent fou, mais on ne l’a jamais vu bon deux mois de suite… Le niveau mondial, ce n’est pas de faire un match tous les trois mois. Je ne parle pas de 50 matchs par an. Mais que Dembélé soit au top pendant deux mois, ce sera déjà bien. Évidemment, il a des capacités de vitesse et d’élimination. Il est fascinant et ahurissant. Mais le métier de footballeur réclame de la continuité. Je ne sais pas si ses absences sont dues à sa fragilité ou à son mode de vie… Mais l’ensemble fait une carrière en pointillés. Tout ça ne peut pas durer dix ans. À un moment donné, il faudra qu’il change de vie, s’il veut devenir le meilleur ailier du monde », a lancé le journaliste de L’Equipe, qui espère que Dembélé va se prendre en main pour ne pas gâcher sa carrière.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page