La Chaîne L'Equipe

Divers : Le Brésil en Ligue des Nations, Bob Tahri hallucine

Le football poursuit sa mue depuis quelques années maintenant. Dernier changement en date, l’apparition d’équipes sud-américaines en Ligue des Nations.

C’est une chose désormais certaine, la Ligue des Nations, dont l’équipe de France est tenante du titre, accueillera dans ses rangs des pays d’Amérique du Sud à partir de 2024. Une nouveauté assez surprenante annoncée ce vendredi par Zbigniew Boniek, le vice-président de l’UEFA. On pourrait donc voir des France-Brésil ou des Espagne-Argentine, ce qui devrait faire le bonheur de quelques fans et observateurs. Mais pas de tous. C’est notamment le cas de Bob Tahri, qui pense que cette décision sera néfaste pour les intérêts du football.

Bob Tahri indigné par l’arrivée des équipes sud-américaines en Ligue des Nations

Sur le plateau de La Chaine L’Equipe, le consultant a en effet poussé un petit coup de gueule sur le sujet. “C’est limite discriminatoire. Cette Ligue des Nations en 2024, ils auraient pu créer une compétition avec tous les autres tant qu’à mettre l’Amérique du Sud. S’ils décident de mettre dix équipes d’Amérique du Sud, pourquoi l’Amérique du Sud et pas l’Afrique ? Et pourquoi pas l’Océanie ? La réflexion est là… Après, c’est sûr qu’en mettant des équipes prestigieuses comme le Brésil ou l’Argentine, il y a forcément un intérêt. Mais est-ce qu’on n’est pas amoureux de ces matchs où les affiches sont rares. Le fait de répéter des affiches chez les Nations de ce type, on a toujours ce côté sentimental de la Coupe du monde qu’on n’a pas forcément chez les clubs, parce qu’on y est plus habitué”, a notamment indiqué Bob Tahri, pas du tout fan de la prochaine formule de la Ligue des Nations. Reste à savoir si cette nouvelle formule arrivera à mettre tout le monde d’accord lors de son lancement mais également où se joueront les rencontres à cause des distances entre les pays d’Europe et d’Amérique du Sud.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page