La Chaîne L'Equipe

EdF : Bernard Lions ne veut pas d’un France-Algérie, il s’explique

Après les débordements de leur dernière confrontation en 2001, l’équipe de France et l’Algérie envisagent d’organiser un nouveau match amical. De son côté, Bernard Lions se montre réticent.

Personne n’a oublié ce match amical entre l’équipe de France et l’Algérie le 6 octobre 2001, arrêté après l’envahissement du terrain par de nombreux spectateurs. Un mauvais souvenir que les deux fédérations aimeraient effacer en organisant une nouvelle rencontre, avec l’espoir d’éviter tout débordement. Il s’agit évidemment d’un projet difficile et même dangereux selon Bernard Lions, qui imagine mal une confrontation dans l’Hexagone sans le moindre incident.

« Ce serait formidable, d’un point de vue strictement sportif, de voir le champion d’Afrique défier le champion du monde. Le problème, c’est que tu ne peux pas isoler le football du monde dans lequel il vit, a prévenu le journaliste sur La Chaîne L’Equipe. J’étais au Stade de France le 6 octobre 2001, et ce à quoi j’ai assisté, avec ce match qui a été interrompu avec toutes les tensions alors que ça devait être une formidable fête, un peu la réconciliation parce que c’était le premier France-Algérie de l’histoire… »

OK pour Algérie-France

« Est-ce que, 20 ans après, les gens sont suffisamment mûrs et matures pour ce match-là ? J’en doute encore, et je n’ai pas envie de revivre ça. (…) Après, que ça soit en Algérie, ça serait peut-être différent. Un France-Algérie ou un Algérie-France, ce n’est pas exactement la même chose », a comparé Bernard Lions, qui réagissait aux propos de Djamel Belmadi, le sélectionneur des Fennecs désireux de se mesurer aux Bleus de Didier Deschamps.

toto

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page