La Chaîne L'Equipe

L1 : Didier Roustan en a sa claque de la VAR

Encore une fois, l’arbitrage et la VAR sont au centre des débats après la victoire du Paris Saint-Germain contre le Lille OSC dimanche en Ligue 1 (2-0).

Si le succès du club de la capitale reste sans contestation possible, sachant que Neymar a éclaboussé de son talent la pelouse du Stade Pierre Mauroy, le PSG a quand même été favorisé par l’arbitre sur son deuxième but. À la 49e minute de jeu, Amaury Delerue sifflait un penalty pour une main de Reinildo dans la surface nordiste… Sauf que ce peno aurait dû être annulé à cause d’une faute de Gueye sur Ikoné dans le camp francilien au début de l’action. Un fait de jeu sur lequel la VAR n’est pas revenu. Ce qui a entraîné la colère de Christophe Galtier : « Pour moi, il y a faute. Le règlement prévoit que l’on peut revenir aussi loin. Ce penalty injustement sifflé, c’est un fait de match lourd de conséquences. C’est déjà difficile de jouer contre le PSG… ». Une déclaration entièrement comprise par Didier Roustan.

« Ça n’a pas de sens »

« Le penalty devait-il être annulé ? Oui, bien sûr. Puisque la VAR peut intervenir sur ce cas de figure. Lors de Real-PSG par exemple, l’arbitre avait annulé le penalty et le carton rouge de Courtois pour une poussette de Gueye sur Marcelo au début de l’action. Là, le joueur de Lille est en sandwich entre Kouassi et Gueye, il y a une double faute. Ça se discute même pas. Mais les arbitres n’en tiennent finalement pas compte… Ça n’a pas de sens. Comment tu peux expliquer que ces gens prennent de telles décisions, alors que c’est leur métier, qu’ils connaissent les règles et qu’ils ont le ralenti ? Les deux arbitres dans le camion ne devraient jamais officier sur la pelouse. Il ne devrait pas y avoir de concurrence comme c’est le cas actuellement… Mais pas sûr que cela suffise à régler tous les problèmes », a lancé, dans L’Equipe du Soir, le journaliste, qui sait que l’homme noir n’a pas réalisé une belle prestation dimanche, avec plusieurs erreurs commises en première période et notamment une semelle oubliée d’André sur Neymar.

Bouton retour en haut de la page
Fermer