La Chaîne L'Equipe

OL : Aulas est devenu « inaudible », Didier Roustan a de la peine

Depuis l’annonce de la fin de la saison 2019-2020 en Ligue 1, assez défavorable pour son Olympique Lyonnais, Jean-Michel Aulas se bat contre vents et marées.

Tous les jours, le président du club rhodanien fait un petit tweet pour continuer à dénoncer l’Etat français et la Ligue, qui, selon lui, ont pris une décision trop hâtive en stoppant le championnat dès la fin du mois d’avril. Pour Aulas, les décisionnaires du football français auraient mieux fait d’attendre de voir l’évolution de la crise sanitaire du Covid-19 jusqu’à fin mai avant de prendre une décision aussi importante pour l’avenir financier et sportif des clubs de L1. Un discours qui s’entend, d’autant plus que la Bundesliga s’est relancée le week-end passé et que les autres grands championnats européens sont également bien partis pour reprendre. Mais pour Didier Roustan, Aulas n’est plus vraiment crédible à l’OL, compte tenu du fait qu’il bouge dans tous les sens depuis le début de la pandémie de coronavirus…

« Mais ça va, on a compris »

« Aulas, c’est impossible de ne pas l’entendre. Car quand il sort par la porte, il rentre par la fenêtre… Donc on est obligé d’écouter Aulas. Il a toujours du bon sens. Il vendrait des frigos aux esquimaux. Après, on peut être d’accord ou pas avec lui. Mais ça va, on a compris. S’il a un souci, il faut qu’il s’adresse aux politiques qui ont fait ce choix d’arrêter le championnat. Si les hommes politiques ont été influencés par certains présidents, qui voulaient se faire Aulas, il doit faire son enquête… Mais là, il continue de s’agiter. Pour quoi ? Pour avoir des éléments pour ses recours ? Mais force est de constater que pour la France, le foot, c’est terminé. Il va brûler un cierge pour que la reprise du foot européen se passe bien. Mais tout est différent avec les autres pays. En Allemagne, il y a trois fois moins de morts qu’en France. La Bundesliga a repris, mais on verra dans un mois… Peut-être que ce sera un succès absolu d’ailleurs. Mais le problème avec Aulas, c’est qu’il défend à 100 % son club, mais pas la majorité du foot français… Donc à un moment, ça devient inaudible. Même si sur le fond, on peut l’écouter », a expliqué le chroniqueur de L’Équipe du Soir, qui sait pourtant qu’Aulas a quand même récemment reçu le soutien d’Aleksander Ceferin, le président de l’UEFA…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer