La Chaîne L'Equipe

OM : Un Marseille ennuyeux, Karim Bennani dénonce Milik

L’Olympique de Marseille a battu le Lokomotiv Moscou ce jeudi soir en Europa League. Un match qui n’a pas vraiment convaincu les observateurs.

L’OM a terminé sa campagne européenne en Europa League de la meilleure des manières en battant le Lokomotiv Moscou au Stade Vélodrome. Arkadiusz Milik aura été le seul buteur d’une rencontre assez terne. Mais le principal pour les hommes de Jorge Sampaoli était bien de reprendre de la confiance pour les prochaines semaines. Car le collectif marseillais est moins flamboyant qu’il y a quelques mois. Une tendance qui ne rassure pas forcément les fans du club, qui espèrent que l’OM sera capable de terminer la saison sur le podium de Ligue 1 afin de goûter de nouveau au parfum de la Ligue des champions. Mais la route s’annonce encore longue d’ici-là. Les hommes forts de Jorge Sampaoli devront se montrer au rendez-vous, dont Milik, qui change pas mal de choses pour le collectif de l’OM selon Karim Bennani.

Karim Bennani comprend les difficultés de l’OM

Sur le plateau de La Chaine L’Equipe, le journaliste a donné son avis sur le Polonais. “Il y a un élément dont on n’a pas beaucoup parlé mais c’est le retour de Milik, qui change complément la donne offensivement à Marseille. On dit que c’est moins enthousiasmant offensivement qu’avant, où Marseille marquait beaucoup de buts et en prenait beaucoup. Là, c’est beaucoup plus réfléchi et rationnel. Surtout parce que Milik, il a fallu l’incorporer dans cette équipe. Le jeu n’est plus du tout le même. Quand Milik n’était pas là, Payet se muait en faux neuf, donc ça tournait autour. Un peu comme Lyon avec Paqueta. Il y a aujourd’hui un point d’encrage qui est Milik, donc c’est plus stéréotypé. Il faut passer par les côtés et centrer pour la tête de Milik. Il n’y pas trop de jeu de permutation. Voilà pourquoi le jeu de Marseille est plus stéréotypé que les semaines précédentes. Une saison, c’est long et cyclique”, a notamment indiqué Karim Bennani, qui comprend pourquoi les Phocéens ont un peu plus de mal sur leurs phases offensives.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page