La Chaîne L'EquipePSGTV

PSG : Alonso consterné par la gestion du cas Neymar

Titulaire lors du match nul face à Bordeaux dimanche soir (2-2), Neymar a fini par sortir en grimaçant, peut-être victime d’une rechute à l’adducteur après sa blessure avec le Brésil.

A 10 jours d’un match primordial pour l’avenir européen du Paris-Saint-Germain, Neymar est une nouvelle fois sorti sur blessure en deuxième mi-temps après avoir ouvert le score en première. Auteur d’un match plutôt moyen malgré un but, la question de sa titularisation après un match énorme contre Liverpool se pose légitimement.

« On sait bien qu’il (Tuchel) est bon là-dedans, il le prend dans ses bras, il lui fait un bisou et lui dit : « Aller, vas-y, reste à la maison. »

Pour sa part, Jérôme Alonso ne comprend pas comment à une telle période et avec une telle avance en championnat, l’entraîneur, Thomas Tuchel, a pu prendre l’initiative de titulariser le Brésilien : « On remarque que cette année, il y a une Neymar dépendance ou en tout cas, un bon Paris-Saint-Germain correspond à un bon Neymar. On a donc un joueur qui s’est blessé avec le Brésil, même légèrement, mais il s’est blessé musculairement, au mois de novembre-décembre, et en plus à une période où l’on sait que c’est chiant. Il fait un gros match contre Liverpool, ce qui m’a paru assez extraordinaire. Tu (le PSG) vas être champion d’automne, champion de France, pourquoi t’acheter un problème alors que tu as ton meilleur joueur qui est fragile, fragilisé alors que t’as le match de l’année dans 10 jours (face à Belgrade) ? En plus, c’était tellement simple de dire au gamin de ne pas jouer, ce n’est pas comme si Tuchel ne savait pas s’y prendre, il a les mots, on sait bien qu’il est bon là-dedans, il le prend dans ses bras, il lui fait un bisou et lui dit : « aller, vas-y reste à la maison, repose-toi ». Donc il n’y avait rien pour créer ce type de problème, » a déclaré, sur la chaîne L’Equipe, l’ancien gardien du PSG qui, de part sa carrière, sait comment gérer les égos dans un vestiaire.

toto

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page