La Chaîne L'Equipe

PSG : Etienne Moatti décrit la haine de l’Espagne envers le Paris SG

Probablement envié pour ses moyens et son mercato, le Paris Saint-Germain n’a pas la cote en Espagne. Le journaliste Etienne Moatti peut en témoigner, les Parisiens sont détestés de l’autre côté des Pyrénées.

De retour à l’entraînement collectif cette semaine, Sergio Ramos peut enfin se préparer à effectuer ses débuts avec le Paris Saint-Germain. Reste à savoir si le défenseur central de 35 ans sera capable de retrouver un bon niveau. Dans son pays natal, beaucoup expriment des doutes et approuvent la décision du Real Madrid qui n’a pas souhaité le conserver cet été. Mais pour Etienne Moatti, l’analyse des Espagnols n’est pas objective, ces derniers étant devenus anti-PSG.

« J’espère pour Ramos et pour le PSG qu’il va revenir à un bon niveau. Mais en Espagne, la perception de Ramos est beaucoup liée au PSG, a commenté le journaliste dans L’Equipe du Soir. En Espagne, on adore se foutre de la gueule du PSG. Ce dont ils rêveraient en Espagne, c’est que Ramos soit bouilli de manière à ce que le PSG ait fait une très mauvaise affaire. Cet aspect-là compte beaucoup dans la perception qu’on a en Espagne du cas Ramos. On a vu quand il y a eu la présentation de Xavi au Barça, il y a eu des insultes sur le PSG. Je vais beaucoup en Espagne et on me parle en permanence du PSG. C’est toujours dans un esprit de moqueries, de souhaiter que ce club se casse la figure. »

Confirmation de son confrère Antoine Simonneau, correspondant en Espagne. « Etienne a raison. Il suffit d’écouter les déclarations de Javier Tebas, le président de la Liga. Son punching-ball préféré, c’est le PSG parce qu’en Espagne, on estime qu’ils ne jouent pas avec les mêmes cartes, tout simplement, a expliqué le spécialiste de la Liga. C’est vrai qu’on aimerait que ce club se casse la figure parce que c’est un club qui ne joue pas avec les mêmes règles selon les Espagnols, chose que je rejoins un petit peu d’ailleurs. » N’en déplaise au directeur sportif Leonardo, les critiques venues d’Espagne ne cesseront probablement pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page