OL

OL : Aulas s’évite un fiasco avec les supporters

Une grève des supporters lors d’un match couperet face à la Juventus Turin en Ligue des Champions, l’Olympique Lyonnais l’aurait certainement très mal vécu. 

Pour l’image du club, voir les joueurs lyonnais ne pas pouvoir compter sur un stade bouillant aurait été assez catastrophique. La preuve, 8 ans après les faits, de nombreux Marseillais se demandent encore comment ils ont pu faire grève pour un quart de finale de Ligue des Champions face au Bayern Munich, sous prétexte de guerre d’egos entre José Anigo et Didier Deschamps. A Lyon, c’était le tarif des places pour le match face à la Juventus qui posait problème. L’association Lyon 1950 avait ainsi fait savoir à ses membres qu’il ne fallait pas prendre de places pour la rencontre face à la Juventus, le prix de 40 euros minimum étant jugé exorbitant. De quoi créer une belle tension au sein du club, finalement réglée après quelques dialogues et concessions. Le prix de 40 euros n’a pas bougé, l’OL ne souhaitant pas changer ses tarifs alors que des places avaient déjà été prises, ce que Lyon 1950 a fini par accepter. En contrepartie, le club rhodanien fera un effort financier sur un prochain déplacement. 

« La tarification pour le match à domicile ne pouvant être revue, nous sommes arrivés à un compromis qui permettra aux Gones du groupe de bénéficier d’une compensation financière pour un prochain (gros) match à l’extérieur. Satisfaits de la solution proposée et de l’écoute du club sur la tarification pour certains matchs, nous serons donc présents pour le 8e de finale aller de LDC », a fait savoir le groupe Lyon 1950 sur Facebook. Une solution qui satisfait tout le monde, même si l’OL devra faire un petit effort financier à l’avenir, cela permettra surtout d’éviter un stade qui n’est pas à 200 % derrière son équipe le mois prochain face à la Juventus.  

Bouton retour en haut de la page
Fermer