OLPresse

OL : Julien Cazarre dérouille son ami Jean-Michel Aulas

Qui aime bien châtie bien. Dans la relation pour le moins tendue entre Jean-Michel Aulas et Julien Cazarre, qui se régale à faire passer le boss de l’Olympique Lyonnais pour un pervers lors de ses chroniques pour J+1 chaque dimanche soir. Cette fois, c’est dans la presse écrite, et plus précisément dans France-Football, que Julien Cazarre s’attaque à Jean-Michel Aulas, revenant sur la désormais fameuse conférence de presse après OL-Rennes en compagnie de Bruno Genesio.

Dans cette séquence, Julien Cazarre a vu un grand numéro mais une triste fin pour le président de l’Olympique Lyonnais. « La magie de « l’impkyonais », c’est de prévoir une conf de presse d’après-match pour annoncer la prolongation de Bruno Genesio, pour finalement dire que y a rien du tout et qu’on est complètement demeurés d’avoir cru une seconde que c’était déjà fait. Donc le gars convoque toute la presse pour dire qu’il a rien à dire en parlant pendant vingt minutes pour nous le dire… Non mais il faut que ce mec monte un parti politique avec Mélenchon et Maduro, c’est le Séguéla des temps modernes. Là où il est fort, Jean-Michmuch, c’est que c’est le plus grand pompier pyromane de l’histoire du foot. Je ne connais pas un type assez taré pour se tirer une balle dans le pied comme il l’a fait après la demi-finale… Là, il a carrément pris un AK47 et il a canardé son gros orteil à bout portant ! Pas de bol, sous son pied, y avait la tête de ce pauvre Bruno Genesio. C’était une mascarade de haut niveau, à faire passer les excuses de Cahuzac pour un discours de Martin Luther King (Jérôme Cahuzac, pas Yannick… lui il s’excuse pas, il dit « Y avait rien, putain, je touche même pas l’os »)…Ce numéro de Jean-Michmuch était peut-être le chant du cygne d’un vilain gros canard. Ça fait vingt ans qu’on nous raconte que le boss des gones est un roi de la com. Mais même les Bad Gones ne sont pas des Bad gogos », s’amuse Julien Cazarre, qui n’est pas à la veille de baisser d’un ton lorsqu’il s’agit de parler de celui qui est presque devenu son complice.

Bouton retour en haut de la page
Fermer