OM

OM : Un jeu moins flamboyant, Edouard Cissé accuse Milik

Encensé et parfois critiqué pour son jeu plein de déséquilibre en tout début de saison, l’Olympique de Marseille adopte une stratégie plus prudente depuis quelques rencontres. Pour le consultant Edouard Cissé, le retour de blessure de l’attaquant Arkadiusz Milik n’est pas étranger à cette nouvelle philosophie.

Jorge Sampaoli aurait-il déjà revu ses plans ? Après le jeu spectaculaire mis en place en tout début de saison, avec du déséquilibre constant et des transitions à toute vitesse, l’entraîneur de l’Olympique de Marseille semble adopter une philosophie plus prudente. En tout cas, les Marseillais ne se projettent plus avec autant d’énergie vers l’avant, et concèdent beaucoup moins d’occasions. Reste à savoir pourquoi le coach argentin a subitement modifié sa stratégie. Les Marseillais ont-ils atteint leurs limites physiques ? Il faut dire que le calendrier, avec des matchs tous les trois ou quatre jours, n’est pas simple à encaisser. Mais pour le consultant Edouard Cissé, le changement vient plutôt du retour de blessure d’Arkadiusz Milik, véritable attaquant de surface dont le profil diffère avec celui de Bamba Dieng.

Milik ne répétera pas les courses de Dieng

« Le style actuel de l’OM correspond au changement de profil des attaquants, a commenté l’ancien milieu de l’Olympique de Marseille dans le journal L’Equipe. Dieng a d’abord performé et marqué, c’est un joueur qui aime les espaces, virevoltant, feu follet, que les adversaires ne connaissent pas et qui s’intégrait dans le jeu de déséquilibre de Sampaoli, avec des transitions défensives-offensives tonitruantes. Maintenant, c’est moins le cas, Milik est un autre type d’attaquant, avec d’autres caractéristiques. Je ne vois pas Milik répéter des courses de 50-60 mètres en contre-attaque. Il demande plus de centres, de jeu posé et, du coup, des transitions moins tranchées et un style un peu plus installé. » Avec l’international polonais en pointe, l’équipe de Jorge Sampaoli doit davantage évoluer en attaque placée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page