MercatoOM

OM : Une tactique risquée pour faire craquer Balotelli ?

Le 28 mai dernier, l’Olympique de Marseille a officialisé l’arrivée d’André Villas-Boas. Le coach portugais a signé un contrat de 2 ans.

Voilà trois semaines que l’ancien coach du FC Porto est à Marseille et toujours aucune arrivée n’a été annoncée. Les dirigeants du club de Frank McCourt auraient avancé sur le dossier Silas Wamangituka, sans que cela se concrétise. L’attaquant du Paris FC pourrait être un véritable pari tenté par Villas-Boas pour palier au départ de Mario Balotelli. L’attaquant italien ne sait toujours pas où il jouera la saison prochaine, mais l’OM pourrait être tenté de laisser la pendule tourner et d’arracher la signature de Mario Balotelli en fin de mercato quand Super Mario sera moins gourmand financièrement. C’est la version avancée par Le Phocéen.

Une histoire pas terminée…

« Ne jamais insulter l’avenir, ça peut servir. Car, comme prévu, Balotelli n’a absolument pas prévu de régler son avenir au mois de juin. Mais quand il va s’en soucier, il n’y aura peut-être plus foule au portillon. L’attaquant italien se dira alors qu’il avait quand même de sacrées conditions de travail à Marseille et que l’histoire mériterait un deuxième chapitre. Le club phocéen sera alors en position de force pour mettre à la disposition de son entraîneur, s’il le désire, une des armes offensives les plus efficaces en termes de potentiel que la Ligue 1 a vu sur les trois dernières saisons. Si ça se trouve, cela ne sera pas bon signe, cela voudra dire que l’OM n’aura toujours pas trouvé chaussure à son pied pour ce poste tellement important. Si ça se trouve, ce sera une opportunité de marché que Villas-Boas saura bonifier. Il est encore trop tôt pour savoir. Ce qui est déjà acquis, c’est que l’OM n’aura aucun morceau à recoller au moment de reprendre contact. Si le besoin s’en fait sentir, cela peut être quand même sacrément utile. » explique le journaliste du Phocéen. L’histoire entre Balotelli et l’OM n’est peut-être pas réellement terminée, seuls Jacques-Henri Eyraud et Super Mario le savent…

Bouton retour en haut de la page
Fermer