Pierre Ménès

Médias : Pierre Ménès se justifie pour Eric Zemmour

Il y a une semaine, Pierre Ménès provoquait un énorme tollé sur les réseaux sociaux en offrant la parole à Eric Zemmour sur sa nouvelle plateforme médiatique…

Le 2 novembre dernier, Pierre Ménès lançait une nouvelle rubrique sur son site, avec les interviews d’hommes politiques. Pour cela, il a posé des questions à Eric Zemmour. Un choix contesté par les internautes, puisque le potentiel candidat à l’élection présidentielle de 2022 est loin de faire l’unanimité. Membre de l’extrême droite, l’homme de 63 ans n’a pas que des partisans en France. C’est donc pour ça que Pierre Ménès a pris une vague des critiques sur les réseaux sociaux après la publication de cet entretien. Mais ce n’est pas pour autant que l’ancienne star de Canal+ regrette sa décision, bien au contraire même.

« Pourquoi Zemmour en premier ? Car c’est le premier qui m’a dit oui »

« Je suis chez moi, et je fais ce que je veux sur mon site. Depuis longtemps, j’ai remarqué que beaucoup de personnalités politiques aiment le foot : Valls, Sarkozy, Hollande, Macron… Je pense que c’est intéressant de leur donner la parole pour voir une autre facette de leur personnalité en s’exprimant sur leur passion. Pourquoi Zemmour en premier ? Car c’est le premier qui m’a dit oui. J’ai le numéro de deux personnes politiques : Zemmour et Valérie Pécresse. Donc j’ai contacté Zemmour, il m’a dit ok. J’ai trouvé l’interview de qualité. Quand il a parlé de l’attachement de Benzema à l’Algérie, je l’ai repris. On a le droit d’interviewer des gens avec lesquels on n’est pas d’accord. Si j’interviewe Mélenchon, on va dire que je suis une girouette. Non, on peut interviewer tout le monde. J’ai entendu : “Tu donnes la parole à un facho”. Mais on n’a pas dit ça à Ruquier et Salamé ou aux Grandes Gueules quand ils ont invité Zemmour. Alors pourquoi moi je prends des remarques quand j’interview Zemmour ? Si les gens ne peuvent pas saquer Zemmour, c’est leur droit. Mais moi, je fais mon travail, et pas pour faire du buzz… Si j’interviewe Macron, on dira que je suis à la solde du gouvernement… Dans ce cas-là, je ne fais plus rien ! », a détaillé le journaliste de Pierrot le foot, qui gardera donc toujours sa liberté de parole.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page