Pierre Ménès

OL : Bosz fait n’importe quoi, Ménès hallucine

Après le succès de l’OM face à Angers pour l’ouverture, l’Olympique Lyonnais se déplaçait du côté de l’as Monaco dans un choc de la 23e journée particulièrement alléchant.

Depuis le début du mois de janvier, l’OL a repris du poil de la bête avec des résultats au beau fixe. Ajoutez à cela un recrutement intéressant, malgré la perte très préjudiciable de Bruno Guimaraes qui a rejoint Newcastle cet hiver, et vous comprenez que les espoirs étaient clairement de mise pour les Rhodaniens. Oui mais voilà, après une victoire arrachée contre le cours du jeu lors de la journée précédente face à l’OM, Lyon a été surclassé ce samedi soir par une équipe monégasque tout en gestion. Avec des buts de Jean Lucas, lui l’ancien lyonnais, et de l’inévitable Wissam Ben Yedder, l’ASM a vite mené au score avant de gérer son avantage dans une certaine tranquillité.

Un Peter Bosz à côté de la plaque ?

Un scénario cruel pour l’OL qui est sûrement dû aux choix initiaux estampillés Peter Bosz. Car oui, alors qu’il avait des éléments comme Cherki, Faivre ou Ndombele sur le banc, le technicien batave s’est entêté avec un Emerson en attaque ou la titularisation, dans le même temps, de Dubois et de Gusto. Une composition résolument tournée vers l’aspect défensif que n’a pas du tout compris Pierre Ménès, comme celui-ci l’a exposé sur son site internet personnel. Le journaliste, qui possède quelques doutes sur l’ancien coach de Dortmund, juge Bosz comme la principale cause de ce naufrage des Gones. 

« Mais très franchement, qu’est-ce que c’est que cette compo d’équipe de Bosz au coup d’envoi ? Quand il est arrivé en France, l’entraîneur néerlandais nous avait expliqué qu’on allait voir ce qu’on allait voir, qu’il allait mettre en place un jeu léché, offensif, ambitieux… Tout ça pour se retrouver avec deux arrières gauches et deux arrières droits sur les côtés. (…) On a l’impression qu’à l’image de certains, ils manquent d’envie. Et puis il y a des choses qui saoulent dans cette équipe. Le rendement pathétique semaine après semaine de Dubois et Mendes, Paqueta qui n’est plus que l’ombre du crack qu’il était à l’automne dernier… Les Monégasques eux, ont fait une très bonne première demi-heure avant d’être dans la gestion après le repos. Cette victoire les replace au classement. Et peut leur permettre de revoir leurs ambitions à la hausse » , a exposé Pierre Ménès, grandement déçu par le visage proposé par l’OL dans un tel choc.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page