Pierre Ménès

PSG-OM : Pierre Ménès 100 % d’accord avec Leonardo

Tant attendu par les suiveurs du football français, le Classique entre le Paris Saint-Germain et l’Olympique de Marseille a tenu toutes ses promesses dimanche (0-1).

Ces dernières années, avec la surpuissance du club de la capitale, le Classique entre le PSG et l’OM ne ressemblait plus vraiment au Classique de l’époque. Mais dimanche, les supporters parisiens et marseillais sont retombés dans les années 1990, quand les matchs PSG-OM étaient très tendus. Si le spectacle avec le ballon n’a pas été joli à voir, les différentes embrouilles entre les joueurs ont prouvé que ce grand match de L1 était toujours sous tension. La faute à un mauvais arbitrage ? C’est en tout cas l’avis de Leonardo. « Le match était hors de contrôle. On choisit un arbitre de 34 ans qui n’a dirigé qu’un seul match de Ligue Europa et n’a pas l’expérience pour un match comme ça. Il y a cinq rouges, c’est grave aussi. Turpin ou Buquet auraient dû être là, ils auraient été plus préparés », a lancé le directeur sportif du PSG sur Téléfoot. Une déclaration validée par Pierre Ménès.

« Il n’y a pas mieux en France que Monsieur Brisard pour arbitrer un Classico ? »

« Une parodie de football et à un match qui va laisser des traces au niveau de la réputation des deux équipes. J’ai vu des comportements honteux. Et des deux côtés. Mais une fois qu’on a dit ça, il faut aussi se pencher sur la façon dont ce match a été arbitré. Honnêtement, il n’y a pas mieux en France que Monsieur Brisard pour arbitrer un Classico ? Le mec a totalement perdu les pédales, du coup d’envoi au coup de sifflet final. Et il a surtout excité tout le monde en distribuant des cartons à tout-va. En fait, il suffisait de tomber dans un grand bruit de vaisselle cassée pour que ça tombe. Évidemment, ce match est devenu le grand royaume de la simulation. Exercice dans lequel Neymar a excellé, même s’il a aussi été, une fois de plus, victime d’un grand nombre de vraies fautes. Et puis il y a eu le grand bouquet final, avec cinq rouges distribués dans les arrêts de jeu, sur la même action. Ce n’est pas possible de confier les rênes d’un match aussi important, aussi tendu vu le contexte, à un mec qui n’a arbitré qu’un match d’Europa League dans sa carrière et n’a clairement pas les épaules. Mais que fout Garibian, une fois de plus ? Quand tu te dis avant le match que c’est une idée à la con et que tu constates après que ç’en était vraiment une, c’est bien qu’il y avait un souci… », a lâché, sur son blog, le journaliste de Canal+, qui sait que Jérôme Brisard a battu un triste record en L1 au 21e siècle en distribuant 17 cartons lors de ce Paris-Marseille très tendu… Et tout cela, sans parler des erreurs avec la VAR, qui n’aurait pas dû annuler le deuxième but marseillais inscrit par Benedetto.

Bouton retour en haut de la page