Presse

ASSE : Denis Balbir comprend la grogne des supporters

À cause des incidents survenus dans les tribunes du Stade Geoffroy-Guichard lors du match nul de l’AS Saint-Etienne contre Angers le week-end dernier (2-2), la LFP a décidé de placer le Chaudron à huis clos.

Le club du Forez n’y arrive pas. Incapable de gagner le moindre match depuis le début de la saison, Sainté est bon dernier du championnat de France, avec cinq points après 11 journées. Un départ catastrophique qui n’a toujours pas provoqué le départ de Claude Puel. Au grand dam des supporters, qui réclament la démission de l’entraîneur français depuis quelques semaines maintenant. Des ultras qui ont fait parler d’eux vendredi dernier en provoquant de gros incidents avant le match contre Angers. En dégradant la pelouse et les filets du Chaudron avec des fumigènes, les supporters ont provoqué le report du match. Mais pour cette nouvelle folie, l’ASSE a déjà pris cher de la part de la commission de discipline de la LFP. Puisque lundi, la Ligue a prononcé un huis clos total du Stade Geoffroy-Guichard jusqu’au 17 novembre, au moins. Autant dire que Saint-Etienne s’est tiré une balle dans le pied. Mais si à cause de tout cela, le derby contre Clermont se jouera sans spectateur, Denis Balbir soutient quand même les ultras.

« On a pris les supporters des Verts pour des cons et ils en ont ras-le-bol »

« Bien entendu, je ne cautionne pas les incidents survenus vendredi soir. J’ai été surpris de voir à quel point les Magic Fans et autres Green Angels étaient agressifs. Je m’attendais à une grève des encouragements, mais pas à une violence sur le terrain ou contre du matériel avec les filets des buts déchirés. Une fois encore, rien ne justifie de tels gestes, et je ne peux les tolérer, ni les justifier. Maintenant, je comprends la colère de tous les supporters des Verts. On leur a tellement menti, on leur a tellement vendu de projets bidons, alors que tout part en cacahuètes depuis le départ de Christophe Galtier. Le dernier projet en date était paraît-il la jeunesse, alors que le club a vendu ses meilleurs défenseurs après quelques mois avec le maillot vert. Économiquement, l’ASSE nous a longtemps assuré que le tout était bien géré, parfaitement sain, alors que les caisses sont désespérément vides. Oui, on a pris les supporters des Verts pour des cons et ils en ont ras-le-bol. Alors la violence n’est certainement pas la meilleure solution, mais comme ils n’ont personne qui leur tient un discours de vérité, ça finit par exploser. Le club récolte tout simplement les mauvais fruits qu’il a semés. Et ça, ça n’a pas l’air non plus de provoquer une quelconque réaction des dirigeants de ce club », a balancé le consultant de But, qui pense que Bernard Caïazzo et Roland Romeyer sont les deux coupables de la crise actuelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page