Presse

ASSE : Sainté vendu à des étrangers, Denis Balbir est réaliste

La semaine dernière, Bernard Caïazzo et Roland Romeyer ont annoncé la mise en vente de l’AS Saint-Etienne.

Sur le terrain, les Verts vont vivre une fin de saison plutôt tranquille. Malgré la défaite subie contre le PSG le week-end dernier (2-3), l’ASSE est installé dans le ventre de mou de la Ligue 1. Avec huit points d’avance sur Nîmes, le barragiste, Sainté a presque le maintien en poche. Par contre, en coulisses, ça risque de partir dans tous les sens au cours des prochaines semaines. Depuis l’annonce de la mise en vente du club du Forez, les rumeurs vont bon train. Pour Denis Balbir, la donne est assez claire : l’ASSE va passer sous pavillon étranger.

« Je pencherai plus pour des investisseurs étrangers »

« Je suis convaincu qu’il y aura des repreneurs potentiels dans les prochaines semaines. L’ASSE est trop populaire, a trop de valeurs, pour ne pas intéresser des gens. Je sais que ça représente beaucoup d’argent, et qu’on devrait être proche des 80 millions d’euros comme prix de vente. Mais je suis convaincu que ça peut le faire. L’ASSE, c’est un nom, une marque. Une empreinte indélébile dans l’histoire du football français. Ce qui m’inquiète davantage, c’est ce qu’il sera éventuellement fait de l’argent investi à l’ASSE. Il ne faut pas que ça transforme nos valeurs et que l’on devienne un club-entreprise comme tant d’autres. Je n’ai pas envie de voir un fonds d’investissement arriver et faire n’importe quoi ou considérer l’ASSE comme un petit élément du puzzle mis en place. C’est ça qui m’inquiète. Après, et ça n’est que mon opinion, je ne pense pas que le club pourra être racheté par un ou des Français. Le montant à investir est trop gros. Je pencherai plus pour des investisseurs étrangers à qui, je l’espère, les présidents Romeyer et Caïazzo expliqueront certaines choses. Ce club n’est pas comme les autres, hors de question de l’abîmer au seul nom de l’argent et de tout ce qui en découle », a lancé le consultant de But, qui sait pourtant qu’Olivier Markarian est actuellement sur les rangs pour le rachat de Saint-Étienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page