Presse

Belgique : Une excuse préparée en cas de victoire des Bleus

Revanchards depuis la fameuse demi-finale du Mondial 2018 (1-0), la Belgique et ses supporters semblent déterminés à battre l’équipe de France ce jeudi en Ligue des Nations. Mais en cas de défaite, les Belges ont déjà une excuse.

Pour la Belgique, cette rencontre sera plus qu’une simple demi-finale de Ligue des Nations. Ce jeudi soir à Turin, les Diables Rouges tenteront de prendre leur revanche sur l’équipe de France qui les avait éliminés en demies du Mondial 2018. Avant de longues années de chambrage sur le « seum » belge provoquées par certaines réactions d’après-match. Du coup, le journaliste Benjamin Deceuninck admet que ses compatriotes n’ont rien oublié.

« La double peine »

« Ce serait mentir de dire qu’ici, en Belgique, personne n’a ça en tête avant d’affronter la France, a confié le spécialiste de la RTBF, contacté par Ouest-France. Cet épisode a été difficile parce qu’il faut savoir qu’ici, dans la partie francophone de la Belgique, on reçoit les chaînes françaises. Les Belges étaient déjà très déçus d’avoir perdu et ont, en plus, entendu parler de votre victoire. C’était la double peine. » De plus, sans parler de ce contexte, il existait déjà une sortie de rivalité entre les deux nations.

« Culturellement, les Belges ont toujours eu ce petit complexe d’infériorité vis-à-vis de la France, a rappelé Benjamin Deceuninck. On adore vous battre en sport parce que nous, le petit, on remet le grand à sa place. Pour la Belgique et sa génération exceptionnelle, c’est l’une des dernières chances de remporter quelque chose. Ça peut aussi nous servir de déclic avec en ligne de mire la Coupe du monde en 2022. Et en cas de défaite ? On dira que la Ligue des Nations n’est pas une compétition très importante. » Quoi qu’il arrive, Belges et Français se redonneront rendez-vous au Qatar en 2022.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page