Presse

CAN : Les terribles confidences de l’arbitre de Mali – Tunisie

Depuis le 9 janvier dernier, la Coupe d’Afrique des Nations est ouverte. Et désormais, ce mois de février nous exposera le grand vainqueur de cette édition.

Une édition de la CAN qui a été riche en rebondissements en tout genre, à défaut de briller de par la qualité de jeu proposée par ses protagonistes. L’élimination de l’Algérie, qui n’a pas su passer sa phase de poule, pourtant à sa portée, l’épopée des Comores, les prestations d’Achraf Hakimi avec le Maroc ou le niveau stratosphérique de Mohamed Salah, sont autant de faits qui ont rendu cette compétition continentale passionnante. Néanmoins, il existe également un côté assez sombre avec certains terrains indignes du monde professionnel ou des erreurs d’arbitrage manifestes qui ont donné une mauvaise image du pays organisateur, le Cameroun. Et l’une des plus grosses erreurs d’arbitrage qu’on ait pu voir, c’est bien celle de Janny Sikazwe lors du match de phase de groupe entre la Tunisie et le Mali.

“J’aurais pu rentrer dans un cercueil”

En effet, à plusieurs reprises, l’homme au sifflet s’est montré totalement désarçonné face à sa charge. Il a, entre autres, notamment sifflé la fin du match alors qu’il restait encore cinq bonnes minutes de jeu, sans compter les arrêts de jeu. Par la suite, on apprenait que Janny Sikazwe avait été admis à l’hôpital juste après cette partie. En cause, un coup de chaud. Dans les colonnes du journal L’Equipe, le principal intéressé s’est exprimé à ce sujet. Selon ses propres dires, ce supposé coup de chaud aurait pu être bien plus grave.

« Ils ont appelé ça un coup de chaud mais ça aurait pu être bien plus grave. À 5 minutes près, je pouvais tomber dans le coma, m’ont-ils dit à l’hôpital. J’aurais pu rentrer dans un cercueil », a exposé Janny Sikazwe justifiant, par la même, ses errences au cours de cette partie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page