Presse

EdF : Deschamps adepte du favoritisme, il prend l’exemple qui tue

Didier Deschamps a récemment été l’auteur de sorties remarquées dans la presse. Le sélectionneur des Bleus est notamment en froid avec Michel Moulin.

Candidat à la présidence de la Fédération Française de Football, Michel Moulin n’a pas la langue dans sa poche. Mais sa technique est quelque peu radicale pour faire campagne : charger Didier Deschamps. Récemment, Michel Moulin déplorait le pouvoir trop grand qu’avait le sélectionneur des Bleus dans ses prises de position, faisant notamment référence à son problème personnel avec Karim Benzema. Une sortie qui n’avait pas plu à Didier Deschamps. Mais voilà que Michel Moulin en a remis une couche ces dernières heures.

“Aujourd’hui, Monsieur Deschamps fait ce qu’il veut”

Sur Eurosport, le candidat n’a pas mâché ses mots concernant Deschamps : “C’est inadmissible. Il dit que je devrais candidater pour être sélectionneur. Mais est-il directeur de la communication de la FFF ? Ou alors, il veut se présenter, dans quelque temps peut-être, à la présidence de la FFF? Et là, il le dit. Peut-être a-t-il peur qu’il y ait un vrai patron à la fédération ? Car s’il y a un vrai patron au-dessus de lui, il sera sélectionneur mais pas le patron de toute la fédération comme aujourd’hui. Je vais prendre un exemple concret : à la Coupe du monde 2018, on sélectionne Rami alors qu’il y a Laporte, Lenglet qui sont largement au niveau de Rami. Deschamps nous explique ensuite que c’est parce qu’il amuse la galerie. Derrière, on s’aperçoit que l’agent et l’avocat de monsieur Deschamps sont aussi l’agent et l’avocat de monsieur Rami. Patron de la fédération, je lui poserais la question. (…) Aujourd’hui, Monsieur Deschamps fait ce qu’il veut.” Des mots durs qui devraient encore faire réagir Didier Deschamps, qui n’a pas l’habitude de se laisser faire.

toto

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page