Presse

L1 : Canal+ ou la faillite, Denis Balbir veut du changement

La Ligue 1 reprend ses droits cette semaine. Les clubs espèrent que les problèmes de droits tv seront bientôt réglés.

Le championnat de France vit une période de troubles entre la crise sanitaire et le fiasco Mediapro. Les pertes économiques sont très élevées et certaines équipes sont d’ailleurs menacées de faillite. La reprise des droits par Canal+ s’annonce donc déterminante pour le futur du football français. C’est du moins l’avis de certains observateurs, comme Denis Balbir, qui s’inquiète si rien n’est fait et ce, très vite.

“Soit Canal + arrive vite, soit le football français va droit à la faillite collective”

Lors d’une chronique sur But Football Club, le journaliste s’est montré clair sur ce sujet épineux. “Je n’ai pas accès à la comptabilité de certains clubs, mais il est une évidence que chez certains, c’est déjà limite. Et que j’imagine assez mal la saison se terminer sans des licenciements au sein de certaines écuries. On me dit qu’il suffit de baisser le salaire des joueurs ? Je trouve ça trop facile. On ferait mieux, une bonne fois pour toutes, de se poser la question du rôle de l’Etat et des charges ahurissantes qui pèsent sur les entreprises. Pourquoi l’Etat, exceptionnellement, ne ferait pas un geste pour les clubs qui, au même titre que d’autres activités culturelles, proposent un spectacle ? Le mal est déjà fait et, de toute façon, il n’y a pas 50 solutions pour les semaines à venir. Je sais que Canal + prend son temps pour soumettre une offre à la LFP afin de récupérer les droits. Les dirigeants de cette chaîne auraient d’ailleurs tort de faire le contraire. (… ) A la LFP, on ferait d’ailleurs bien de se montrer coopératif car, selon moi, les données sont claires : soit Canal + arrive vite, soit le football français va droit à la faillite collective”, a notamment indiqué Denis Balbir, impatient que cette histoire trouve une issue positive.

toto

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page