Presse

L1 : « Fier d’être français », Cazarre se paie la jauge à 5 000 spectateurs

Afin de respecter les mesures sanitaires, les préfets n’autorisent que 5 000 personnes à entrer dans les stades lors des matchs. Une décision finalement inutile.

Malheureusement pour le spectacle, la crise sanitaire oblige les autorités à prendre des mesures concernant les événements publics. Ainsi, les stades ne peuvent plus afficher complet et les clubs, sauf dérogation, ne peuvent plus accueillir plus de 5 000 personnes dans les enceintes lors de chaque rencontre. Une manière de permettre aux supporters de respecter la distanciation sociale. Mais comme vous l’avez sûrement remarqué, cela n’empêche pas les spectateurs de se regrouper, d’où les moqueries de Julien Cazarre.

« On a le droit à 5 000 personnes maximum et ce, quelle que soit la jauge du stade. Donc, que tu sois au Vélodrome ou à Gaston-Gérard, c’est la même musique, a rappelé le chroniqueur de France Football. Alors, toi, petit malin, tu te chatouilles les moustaches en te disant : “Ben, au moins, à Marseille ou à Paris, les gars seront à cinquante mètres les uns des autres donc ça devrait suffire comme distance.” Ah, naïf que tu es ! Quand le stade est trop grand, on ferme des tribunes pour rassembler les spectateurs dans un même virage ! C’est pas beau ça, frérot ? »

Une histoire d’économie

« Et puis, tant qu’à être dans la même zone, on n’a qu’à se regrouper pour chanter ensemble. Et voilà comment t’as une belle masse de zozos agglutinés les uns aux autres dans un stade vide. Pourquoi ? Eh bien, tout simplement parce que c’est à la discrétion des préfectures et des clubs et ça fait des économies d’agents de sécurité. Voilà, là, je suis fier d’être français et je retrouve la grande logique des décisions institutionnelles, s’est moqué l’humoriste. Tu vas voir que bientôt on devra porter un masque en scooter mais pas sur une terrasse à cinquante centimètres de distance… Quoi ? J’ai dit une connerie ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page