Presse

L1 : Mediapro abuse, le foot français est proche de la catastrophe

Alors que Mediapro et la LFP sont partis pour se livrer un gros bras-de-fer, les clubs de Ligue 1 et de Ligue 2 vont forcément en payer les conséquences…

Le football français est en crise ! Ces derniers jours, les clubs ont reçu le coup de massue de trop… Déjà que la crise du Covid-19 a rongé les comptes des formations de L1 et de L2, entre l’annulation de la fin de saison dernière et l’actuel manque à gagner, ce sont désormais les Droits TV qui s’écroulent… Principale ressource des clubs, cette manne audiovisuelle est mise à mal par Mediapro, qui n’a pas payé son versement du mois d’octobre et qui veut renégocier le contrat signé avec la LFP en 2018. En attendant que la situation s’améliore, la Ligue tente de contracter un nouveau prêt bancaire pour distribuer de l’argent aux clubs en ce mois d’octobre. Malgré tout, l’heure est très grave pour l’ensemble du foot français, comme l’explique Vincent Chaudel.

« S’ils ne paient pas, et c’est possible, c’est une catastrophe »

« Le football français est en danger, et j’ai du mal à voir une sortie positive. Y compris si Mediapro accepte finalement de payer, car la confiance est déjà cassée avec la Ligue et les clubs. On entre dans quatre ans de doute avec le partenaire principal qui devait mettre en avant le football français. S’ils ne paient pas, et c’est possible, c’est une catastrophe. Il y aurait évidemment des démarches juridiques, mais c’est un temps long, quand aura-t-on la réponse ? Les clubs sont donc en danger ? Oui. Ils ont déjà perdu de l’argent en ne terminant pas la saison dernière et se sont endettés avec les prêts garantis par l’Etat (PGE). Ils en perdent encore aujourd’hui avec l’absence de revenus billetterie qui dure et va encore durer. Même si les clubs ont été prudents, ce sont des pertes importantes. Enfin, il y a le mercato. La France est un pays exportateur et on a forcément moins bien vendu à cause de la crise. Les clubs comptaient donc sur ces droits TV pour laisser passer l’orage, et là, deux jours après la fin du mercato, Mediapro fait cette annonce. C’est terrible, car les clubs n’ont plus de marge de manoeuvre. Cette info serait tombée fin août, les clubs ne faisaient pas le même mercato. Peut-être qu’Aulas vend Aouar, par exemple, où que l’OM n’investit pas sur Luis Henrique. Le mercato hivernal ? Ceux qui comptaient sur ce marché pour se renforcer vont forcément revoir leurs plans. Pire : ce mercato risque d’acter une baisse de compétitivité générale, puisqu’on va voir des talents partir. De plus, on va les voir partir à prix bas, car les acheteurs savent qu’on est mal, et eux-mêmes ne vont pas bien. On se demande même si on va arriver jusque là, car des clubs vont vite se retrouver avec des difficultés de paiement, de trésorerie, et janvier, c’est loin pour eux », a balancé, sur Le Phocéen, l’économiste de L’Observatoire du Sport-Business, qui estime donc que certains clubs dans le rouge, comme Bordeaux ou l’OM, risquent gros en cette fin d’année…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page