Presse

OL : Le problème, c’est les joueurs, pas Garcia

Dans la lutte à quatre pour la course au titre de champion de France, l’Olympique Lyonnais est clairement l’équipe qui galère le plus…

Si un club comme Monaco fait le plein de points depuis le début de l’année, ce n’est plus vraiment le cas de l’OL. Après une première partie de saison parfaite, et un titre honorifique de champion d’automne, Lyon a de plus en plus de mal. Lors des trois dernières journées, les Gones n’ont pris que quatre unités sur neuf, à cause d’une défaite contre Montpellier et un nul à Marseille… Face à ces petits échecs, les suiveurs de l’OL demandent à Rudi Garcia d’effectuer des changements. Mais pour Jean-Christophe Hembert, le souci de Lyon vient surtout des joueurs, et non pas de l’entraîneur.

« Pour retrouver un nouveau souffle, il faut juste que les joueurs aient envie »

« Le 4-3-3 à bout de souffle ? Je ne sais pas. À mon avis, c’est plus un problème de l’engagement des joueurs. Le système… Oui, on pourrait jouer en 4-4-2. Mais déjà, Lyon est solide derrière, c’est déjà bien, ça change des autres années. Il y a toujours un débat sur les latéraux. Moi, au lieu de changer de système de jeu, j’essayerais de faire réagir certains joueurs. Il faudrait en mettre certains sur le banc, car derrière, un Caqueret ne démérite jamais. Et puis, l’OL est trop dépendant de Memphis et Aouar. L’effectif ne correspond pas au système qu’on a. Il manque des ailiers. Cherki, il n’a pas le volume pour être ailier. Pour retrouver un nouveau souffle, il faut juste que les joueurs aient envie. Au pire, Garcia doit aussi préparer plusieurs systèmes en fonction du scénario des matchs. Histoire de poser de nouveaux problèmes aux adversaires, car les autres ont compris comment l’OL jouait… », a lancé, sur Olympique-et-lyonnais, le réalisateur lyonnais, qui sait que l’OL aura besoin d’un petit renouveau pour aller jusqu’au bout dans la course au titre face au LOSC ou au PSG…

toto

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page