Presse

OL : Peter Bosz tient le nouveau N’Golo Kanté

Régulièrement titularisé en fin de saison dernière, Maxence Caqueret peut prétendre à une place dans le onze du nouvel entraîneur Peter Bosz. Ce serait une récompense méritée pour Grégory Coupet, impressionné par les débuts du milieu de terrain.

En concurrence avec des joueurs du calibre de Lucas Paqueta, Houssem Aouar, Thiago Mendes ou encore Bruno Guimarães, le jeune Maxence Caqueret a quand même tiré son épingle du jeu la saison dernière. Le milieu de 21 ans, très apprécié chez les supporters de l’Olympique Lyonnais, a fini par gagner sa place de titulaire. Ce qui n’a rien d’étonnant selon Grégory Coupet, qui l’avait vu débarquer dans l’effectif de Bruno Genesio.

« Il a intégré le groupe professionnel sur la pointe des pieds tout en étant dans le rythme, s’est souvenu l’ancien coach des gardiens de l’OL pour Onze Mondial. Il s’est montré très respectueux, son intégration s’en est trouvée facilitée. Il ne faisait pas de bruit, travaillait sans rechigner, toujours avec la banane. Même s’il ne jouait pas trop au départ, il restait patient. Dire qu’il est trop gentil, c’est mal le connaître. Justement, ce qui fait sa réussite, c’est sa détermination. Il sait ce qu’il veut : devenir un grand joueur. »

« Pas un monstre physique mais… »

« Il sait comment fonctionne le football et sait faire preuve de caractère quand il le faut. Il ne force pas les choses, a décrit l’ex-consultant de la radio RMC. Je l’ai vu à de nombreuses reprises avec la réserve, il prenait de grosse boîtes, mais ça ne le refroidissait pas, il y retournait tout le temps. Il est vraiment concentré sur ses objectifs, c’est tout sauf un plaisantin. Attention, il mord les chevilles (rires). » Parfois comparé à son idole Andrés Iniesta, Maxence Caqueret ressemble davantage à l’international tricolore N’Golo Kanté selon Grégory Coupet.

« Il me fait penser à N’Golo Kanté, dans le sens où ce n’est pas un monstre physique, mais il a les mêmes qualités. C’est-à-dire courir vite et longtemps. Et aller constamment harceler son adversaire tout en étant capable de distiller de bonnes passes. C’est un joueur d’équipe qui privilégiera toujours son partenaire, a comparé le technicien. Il prend à cœur son poste, il sait que c’est une position de transition, de porteur d’eau. Et ça, il le fait merveilleusement bien. » Le nouvel entraîneur Peter Bosz devrait apprécier son profil.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page