Presse

OM : Eyraud ne s’est pas démonté, Aulas a eu ce qu’il méritait

L’Olympique de Marseille est une belle surprise de la saison de Ligue 1. Les Phocéens sont deuxièmes du championnat en attendant sa reprise possible dans les prochains mois.

Les fans marseillais peuvent être fiers du visage montré par l’OM depuis le début de la saison en Ligue 1. Les hommes d’André Villas-Boas ont su faire preuve d’un esprit collectif et d’une efficacité redoutables. Une qualification en Ligue des champions est plus qu’envisageable pour les Phocéens, qui ont un petit matelas d’avance à la deuxième place. Cependant, la pandémie de coronavirus qui touche l’Europe a stoppé le championnat. Un championnat qui pourrait ne jamais reprendre. Ce serait notamment le désir caché de Jean-Michel Aulas, qui souhaiterait que les équipes qualifiées pour la prochaine Ligue des champions soient les mêmes que cette année. Une sortie qui a engendré un clash avec Jacques-Henri Eyraud.

“Je trouve ça désolant qu’on puisse être aussi petit dans ces moments-là”

Pour Mourad Aerts, le président marseillais a été bon dans sa réponse, comme il l’a indiqué pour Football Club de Marseille. “Je ne sais pas si Eyraud aurait dû répondre à Aulas, mais sur ce qu’il a dit je ne pouvais que être d’accord avec lui. Après je ne sais pas si c’est sa position en tant que président, je pense qu’il faut se taire et rester chez soit et ne pas vouloir faire avancer les pions, je ne pense pas que c’était l’intention de Eyraud je ne vais pas faire de faux procès. Je trouve ça désolant qu’on puisse être aussi petit dans ces moments-là. Aulas a ouvert un front qui n’aurait jamais dû être ouvert, c’est épatant qu’on puisse défendre son bifteck dans de tels moments, le foot français donne une image pitoyable de lui-même, et c’est en grande partie la faute de Jean-Michel Aulas”, a notamment indiqué le journaliste, qui ne comprend pas les agissements récents de Jean-Michel Aulas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer