PresseWTF

Polémique : Non il n’était pas dopé, Sakho réclame 14,5 ME de préjudice !

A en croire les informations du Guardian, le défenseur international français de Crystal Palace réclame 14,5 ME à l’Agence mondiale antidopage.

En mars 2016, Mamadou Sakho était contrôlé positif à un brûleur de graisse, alors qu’il évoluait à Liverpool. Suspendu par son club puis par l’UEFA, le défenseur tricolore a manqué l’Euro 2016 en France, et a été contraint de quitter les Reds pour Crystal Palace… avant finalement d’être blanchi, le produit utilisé n’étant en réalité pas inscrit sur la liste des produits interdits.

Sakho attaque l’agence mondiale antidopage

Plusieurs mois plus tard, Mamadou Sakhou contre-attaque. En effet, l’ancien Parisien réclame un préjudice de 14,5 ME à l’agence mondiale anti-dopage, Mamadou Sakho estimant que l’erreur concernant son contrôle antidopage en 2016 a précipité la fin de son passage à Liverpool. Reste que la procédure s’annonce longue et pénible pour Mamadou Sakho puisque de son côté, l’agence mondiale anti-dopage nie être directement responsable du départ de Sakho vers Crystal Palace. L’agence avance que son transfert résultait « de problèmes disciplinaires » et d’un « choc des personnalités » avec l’entraîneur de Liverpool, Jürgen Klopp, et non de son dépistage positif au brûleur de graisse. C’est donc une longue guerre juridique qui s’annonce…

Bouton retour en haut de la page
Fermer