Presse

TV : Les clubs ont fait les fous au mercato, merci Médiapro

Après avoir difficilement payé une première échéance au mois de septembre, Médiapro a décidé de ne pas verser les quelques 170 ME prévus au mois d’octobre.

De quoi mettre directement le football français dans le dur, sachant que la LFP a contracté un prêt en urgence pour alimenter les clubs tricolores qui ont tablé sur cet argent. Car cela fait deux ans que Médiapro a gagné l’appel d’offres, a eu le temps de faire des déclarations et des leçons de morale sur ses concurrents, de rassurer tout le monde, de monter sa chaine, pour finalement voir tout s’écrouler au moment où la saison est lancée. Quand il est quasiment impossible de faire machine arrière, et que le mercato a été terminé en se basant sur des futures recettes qui n’arriveront probablement pas. Un timing qui fait hurler les comptables, comme le reconnait le vice-président du SCO d’Angers, Philippe Caillot. 

« Je regrette cette situation et en particulier le timing de Mediapro, qui ne joue pas le jeu. On a laissé les clubs investir et là, on n’a plus rien. Nous concernant, on a augmenté la masse salariale de 20 % durant le mercato, en se basant sur les nouvelles conditions, sans penser que ces gens ne respecteraient pas le contrat. A court terme, on va le payer, comme tous les clubs. La Ligue a contracté un prêt pour compenser le manque à gagner de l’échéance d’octobre pour les clubs, mais c’est du court-terme. Celui qui n’a pas de trésorerie, il est mort », a prévenu le dirigeant du SCO dans le Courrier de l’Ouest. Une confirmation de l’attitude de beaucoup de clubs, qui ont déjà anticipé cette hausse de revenus des droits TV, qui ne viendra peut-être pas. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page