PSG

OL-ASSE, Denis Balbir pointe du doigt un coupable

Dans le cadre de la 22e journée de Ligue 1, le Derby choc entre l’ASSE et l’OL a accouché d’une victoire rhodanienne peut reluisante (0-1).

Alerte rouge du côté du Forez, en très mauvaise posture depuis le début de l’exercice en cours, l’AS Saint-Etienne espérait insuffler un nouvel élan à sa saison face à son ennemi de toujours, l’Olympique Lyonnais. Problème même depuis l’intronisation de Pascal Dupraz, rien n’a réellement changé pour les Verts qui peinent toujours autant en championnat. En effet, face aux Lyonnais, l’ASSE a, comme d’habitude, livré une copie proche de l’indigence et s’est logiquement incliné face à un adversaire loin d’être au top de sa forme, et c’est peu de le dire. Avec cet énième revers, les Stéphanois sont plus que jamais en danger avec une place de bons derniers au classement qui ne présage absolument rien de bon pour la suite. 

« Une autre époque »

Dans sa chronique hebdomadaire auprès du site But Football Club, Denis Balbir est revenu sur cette nouvelle contreperformance de Saint-Etienne. Dépité face à la situation du club qu’il décrypte chaque semaine, le journaliste ne voit aucune amélioration notable dans le jeu et constate les lacunes observées face à l’OL. Il pointe du doigt notamment un élément en particulier : Timothée Kolodziejcziak.

« Beaucoup disent que ce dernier OL – ASSE (1-0) était l’un des plus mauvais du XXIe siècle. C’est vrai qu’il n’était pas transcendant… Pour moi, c’était un petit derby avec un petit résultat. En même temps, au regard de l’état des deux équipes et de l’absence de public, il était assez clair qu’on n’allait pas voir du grand football. Depuis de longues semaines, Lyon est en difficulté dans le jeu et Saint-Etienne en difficulté comptable (pour ne pas dire en danger). Les derbys qui se finissent en 3-2 ou en 4-3, les exploits de Janot, les coup-francs de Juninho et les buts de Govou dans le money-time, c’était une autre époque, a-t-il relaté. On est dans une époque où l’OL et l’ASSE luttent. Pas pour les mêmes raisons ni les mêmes objectifs mais ils luttent quand même. Lyon lutte pour retrouver son éclat et revenir dans le haut du tableau. Saint-Etienne lutte pour sa survie. (...) Même si je n’aime pas stigmatiser la performance d’un joueur, je suis quand même gêné par l’erreur de Timothée Kolodziejczak. Je trouve que ça fait quand même beaucoup de bévues. Surtout pour un joueur d’expérience qui porte le brassard », a regretté un Denis Balbir qui parait totalement désabusé face à la mauvaise passe que traverse Saint-Etienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page