PressePSG

PSG : Le Qatar est une chance, le football français doit se réveiller

Le Paris Saint-Germain doit faire face à une vague de critiques depuis l’arrivée des Qataris à sa tête. Le football français semble avoir du mal à s’adapter.

Les supporters du PSG voudront vivre une intersaison à la hauteur des ambitions du club. Les champions de France devront mettre la main au portefeuille afin de s’offrir des joueurs pouvant faire progresser le projet qatari. Des Qataris rarement épargnés par l’opinion publique, qui ne perd jamais une occasion de les pointer du doigt. Cependant, l’apport du PSG pour la Ligue 1 ainsi que son exposition bénéficient au football français, c’est du moins ce que pense Vincent Chaudel, fondateur de l’Observatoire du Sport Business.

« On devrait un peu mieux mesurer la chance d’avoir de tels joueurs en Ligue 1 »

« Avec ses 541 M€ de budget, la saison du PSG est un échec. Oui mais alors que dire de celle du Real Madrid (750 M€ pour 0 titre) et du Bayern Munich (639 M€), tous 2 éliminés comme les Parisiens en 1/8e de finale de la Ligue des Champions. Au moment où le Qatar s’interrogerait sur son engagement au PSG, au moment où le mercato va s’ouvrir avec son lot de rumeurs autour de Neymar et Mbappé, il serait peut-être de bon ton, sans exagération, de reconnaître, à défaut de remercier, la contribution du PSG version QSI au développement de l’éco-système du football voire sport français. Économiquement, si les droits TV de la Ligue 1 sont passés de 668 M€ en 2011 a 1,153 Mds € en 2020, c’est en grande partie par le regain d’intérêt médiatique autour d’un championnat boosté par les arrivées de Beckham, Cavani, Di Maria, Ibrahimovic, Neymar, Mbappé… Si les Girondins de Bordeaux, l’OM, l’OGC Nice ont vu arriver des repreneurs, c’est en partie grâce à la dynamique insufflée par QSI. Le PSG paie à lui seul plus de charges patronales que l’OM, l’OL et l’ASSE réunis. Et si on ajoute qu’au niveau des charges sociales il doit s’acquitter d’un montant supérieur à l’ensemble des clubs de Bundesliga, de Liga et de Série A réunis, on devrait un peu mieux mesurer la chance d’avoir un actionnaire permettant aux amoureux de football français d’avoir de tels joueurs sur nos pelouses chaque semaine », a déclaré le consultant, qui demande plus de reconnaissance de la part du football français.

Bouton retour en haut de la page
Fermer