PSG

PSG : L’échange Kurzawa – De Sciglio, ça sent l’énorme magouille

Avant la fin du mois de janvier, le Paris Saint-Germain aura deux dossiers à gérer sur le marché des transferts : ceux d’Edinson Cavani et de Layvin Kurzawa.

Si le meilleur buteur de l’histoire du club de la capitale a toujours envie de faire ses valises pour prendre la direction de l’Atletico de Madrid, le latéral gauche est en passe de trouver une belle porte de sortie durant ce mercato. Pisté par Arsenal, l’international français serait finalement proche de la Juventus. En fin de contrat en juin prochain, Kurzawa a effectivement donné son accord pour rejoindre le club de Turin en l’échange de Mattia De Sciglio, qui ferait donc le chemin inverse en direction du PSG dès cet hiver. Un deal gagnant-gagnant sur lequel tout le monde va bien manger, d’après les informations de Romain Molina.

« C’est aussi un deal d’agents »

« Kurzawa est un joueur compliqué. Ce n’est pas lui le problème, mais tous les gens qu’il y a autour, les vautours. C’est son souci. Car plein de clubs se sont intéressés à lui, mais ce n’est pas possible, avec un tel entourage… Il voulait absolument rejoindre l’Angleterre, et il avait même refusé l’Inter avec un poste de titulaire… C’est d’ailleurs pour ça qu’il avait changé d’agent à l’époque en rejoignant Moussa Sissoko. Finalement, il l’a récemment quitté pour aller avec Kia Joorabchian. C’est un agent du Top 5. Joorabchian a alors essayé de placer Kurzawa à Arsenal, un club où il a de l’influence avec Edu. Sauf que tout le monde n’était pas d’accord avec ce deal chez les Gunners. Et là, un autre Top 10 agent mondial arrive, avec Giovanni Branchini. Il pèse à la Juve, c’est lui qui a De Sciglio. C’est un grand ami à Leonardo. Donc cet échange, ça peut arranger les deux clubs au niveau du fair-play financier. Mais c’est aussi un deal d’agents. En termes de commissions, tu peux facilement arriver à sept millions d’euros… Les agents ne voient pas le sportif en premier, mais ils réfléchissent d’abord en termes financiers. Joorabchian et Branchini sont amis. Entre gros agents, quand tu peux manger une grosse partie du gâteau et que chacun peut avoir la sienne, c’est bien. Surtout pour un joueur à qui il reste six mois de contrat et pour un autre qui n’arrive pas à jouer à la Juve à cause des blessures. La soupe est bonne dans le football business », a lâché, sur sa chaîne Youtube, le journaliste, qui sait que cet échange entre Kurzawa et De Sciglio est surtout une affaire de gros sous, les deux joueurs arrivant dans un rôle de doublure.

Bouton retour en haut de la page
Fermer