PSG

PSG : Les Parisiens traumatisés, Didier Roustan accuse les médias

Sorti par le Real Madrid en huitième de finale de la Ligue des Champions, le Paris Saint-Germain s’est encore effondré mentalement. Ce n’est pas vraiment une surprise pour le journaliste Didier Roustan, qui a accuse les médias d’avoir créé un traumatisme chez les Parisiens.

Après les épisodes contre le FC Barcelone et Manchester United, le Paris Saint-Germain a ajouté le fiasco face au Real Madrid dans ses mésaventures en Ligue des Champions. L’équipe entraînée par Mauricio Pochettino, qui avait rempoté le match aller (1-0), menait et dominait à Santiago Bernabéu jusqu’à l’heure de jeu et cette erreur de Gianluigi Donnarumma. Celle qui permettra à Karim Benzema de relancer les Merengues, finalement vainqueurs (3-1) face à des Parisiens subitement absents. Le PSG a donc subi des critiques sévères et surtout injustes selon Didier Roustan.

« C’est une maladie, ce n’est pas une histoire de couilles, a commenté le journaliste dans son podcast Roustan Foot. Il faut que les supporters du PSG le comprennent. Quand il y a le but égalisateur de Benzema, plus le fait que le but soit ridicule, les joueurs du PSG se liquéfient, les vieux démons ressortent et la peur est au rendez-vous. Tout le monde se dit qu’ils sont encore qualifiés, mais c’est une peur panique et tu ne peux rien y faire, tu ne peux pas te raisonner parce que c’est trop ancré en toi comme certaines phobies. C’est un traumatisme. C’est quelque chose de post-traumatique. »

« (…) Et je trouve qu’il y a une part de responsabilité pour nous les journalistes français, a ensuite avoué Didier Roustan. Parce qu’après le 6-1 à Barcelone, on a manqué de réflexion, d’empathie et de générosité compte tenu des circonstances si spéciales de la soirée. L’arbitrage a été cité dans tous les pays en disant que c’était un scandale absolu. Mais nous, il a fallu du temps pour qu’on le précise. (…) Et ça, on ne l’a pas signalé. On n’a fait que culpabiliser les joueurs, on les a jetés à la rue. Le traumatisme aurait pu être atténué par certains articles, mais ils en ont pris plein la gueule. » Il faut dire que l’arbitrage n’était pas la seule explication après la remontada.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page