PSG

PSG : Une ville qui rend fou, Jérémie Clément témoigne

Jérémy Clément a passé la bagatelle de quatre saison sous la tunique du PSG entre 2007 et 2011.

C’est dans la peau d’un titulaire quasiment indiscutable que Jérémy Clément a passé l’intégralité de son aventure en terre parisienne. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le milieu de terrain formé du côté de l’Olympique Lyonnais a connu des hauts et des bas au PSG, surtout des bas en réalité. Souvent critiqué, on se souvient de lui pour son duo avec Claude Makélélé ou Clément Chantôme, toute une époque. Aujourd’hui, le gaucher a raccroché les crampons et a décidé de prendre sa plume pour évoquer sa carrière aux éditions Amphora.

Dans son livre, intitulé Pour le Plaisir, le joueur passé au Glasgow Rangers s’exprime forcément sur son passage au PSG, une étape plus que marquante au sein de sa carrière. Il se penche sur un point extrêmement intéressant : la difficulté d’évoluer dans un tel club que Paris et dans une ville aussi attrayante que la ville lumière. Présent sur le plateau de La Chaîne L’Equipece vendredi soir, Jérémy Clément s’est penché plus à propos sur ce point bien précis. Il avoue ainsi avoir été dépassé par tout ce qui l’entourait. 

« Il y avait les performances, mais avant tout sportif il y a l’humain forcément. Et lorsqu’on est un peu moins bien, on est moins performant. Lorsque je dis que j’étais « un con au PSG », on ne se rend plus compte des choses importantes pour nous, que ce soit la famille, les amis, et peut-être qu’avec la vie parisienne et l’argent qu’on gagne, on arrive parfois à perdre un peu pied. C’est pour ça qu’il faut être tolérant avec les jeunes footeux parce que ce n’est pas simple, parce que derrière le sportif il y a l’homme. L’homme ou la femme traverse parfois des moments compliqués et ça nie sur les performances. Signe-t-il au PSG aussi pour la ville de Paris ? Oui, je pense que pour n’importe quel joueur lorsqu’on pense au PSG, on pense à Paris et la beauté de la ville. Je pense que c’est lié. On signe au PSG, dans le club de la capitale, dans la plus belle ville du monde. Lorsqu’on est joueur de foot, on est invité à droite et à gauche, on ne paye plus nos chaussures, on ne paye plus rien et même les restaurants. Peut-être qu’on n’a plus les pieds sur terre. Je pense être quelqu’un d’assez humble mais voilà on est sollicités. Peut-être qu’on ne se rend plus compte de la réelle valeur des choses », a avoué, très humblement, Jérémy Clément qui évoque un sujet sensible et extrêmement représentatif.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page