Radio

ASSE : Vendre Saint-Etienne pour en faire un Bordeaux, non merci

Alors que l’AS Saint-Etienne a plus ou moins assuré son maintien en Ligue 1 en gagnant ses deux derniers matchs, le club du Forez vient d’être mis en vente.

Depuis plusieurs années, Bernard Caïazzo et Roland Romeyer cherchent à céder leur club. En 2018, l’ASSE avait failli être racheté par Peak 6, un fond d’investissement américain, mais un désaccord final avait fait capoté l’affaire. Il faut dire que la répartition du capital du club est assez floue. Si la holding ASSE Groupe est la propriété de deux sociétés pour 44 % chacune, Cesse Foot pour Caïazzo, et Croissance Foot pour Romeyer, 12 % sont à l’association ASSE. Sauf que la moitié des actions de Croissance Foot sont toujours confisquées par l’Etat, à cause d’un problème judiciaire datant de 2017. Autant dire que le futur acheteur sera difficile à trouver, même si les présidents ne réclameraient que 20 ME pour vendre l’ASSE. Alors que les supporters veulent « un nouveau souffle à la tête du club », Florian Gazan a du mal à croire à une belle fin pour l’ASSE…

« Saint-Etienne, c’est trop beau pour que ça devienne ça »

« J’ai l’impression que Caïazzo et Romeyer vendent le club, pas pour le bien du club, mais pour leur bien à eux… Finalement, ils cherchent surtout à se débarrasser du club, car la situation est compliquée. Mais ils vont vendre à qui ? À quel prix ? Si c’est pour faire de Saint-Etienne un nouveau Bordeaux, c’est-à-dire un club en train de mourir après avoir été vendu à un fonds de pension qui n’a pas les moyens d’investir… Saint-Etienne, c’est trop beau pour que ça devienne ça. C’est bien d’acheter un club. Mais quand on l’a acheté, après, il faut investir. Si le futur propriétaire ne met pas 150-200 ME sur la table, l’ASSE va rester un petit club qui va vivoter avant d’être revendu dans 2-3 ans. Si c’est ça le projet… », a lancé le consultant de RTL, qui sait que la quête d’un nouvel acquéreur pourrait prendre plusieurs mois. Surtout quand on sait que l’ASSE a de multiples dettes, et qu’un dépôt de plusieurs millions d’euros devra directement être mis sur un compte bloqué à la demande de la DNCG.

toto

2 commentaires

  1. On critique les présidents lorsqu’ils ne veulent pas vendre et quand ils se décident à vendre M. Gazan les critiquent en disant qu’ils vendent pour leur bien et non pour le club. On croit rêver quoi qu’ils fassent ils sont critiqués. L’ASSE est un des seuls club qui n’était pas dans le rouge avant la pandémie évidemment.

    1. oui il critique que les club fond du trading mais sauf paris tout les club achète et revendent . moi je voudrais pas de fond de pension mais il faut un peut d argent sinon on arrive pas a garder nos jeune 2 a 3 ans de plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page