Radio

L1 : Bordeaux, l’exemple du mal du football français

Cette semaine, les Girondins de Bordeaux ont appris une mauvaise nouvelle avec la fuite de son propriétaire, King Street.

L’annonce du départ de King Street a fait l’effet d’une bombe en Gironde. Face au désengagement financier des investisseurs américains, le FCGB a été placé sous le contrôle du Tribunal de commerce de Bordeaux. Samedi, des centaines de supporters bordelais ont manifesté leur colère, en réclamant notamment le départ de Frédéric Longuépée. Mais cette crise, le club au scapulaire l’a bien cherché, même si King Street n’a pas vraiment été aidé par le contexte actuel. Cet avis, c’est en tout cas celui de Philippe Sanfourche.

« Cette saison aura été terrible et éclairante pour le foot français »

« King Street est arrivé au moment où il y a eu la perspective Mediapro. C’est-à-dire que chaque année allait rentrer 40-50 ME quoi qu’il arrive, tout ça en pleine mode du trading de joueurs. Sauf que les Américains ne connaissaient pas du tout le marché. Au final, le bilan de Bordeaux est catastrophique. Le club bouffe des dizaines de millions d’euros par saison, il n’y a pas de joueurs à vendre. Il n’y a pas de billeterie, et de toute façon, ils en faisaient très peu dans le nouveau stade. Chez les Girondins, il y a tout à repenser. Le diagnostic est terrible. Mais ce club a été enterré par un système. Cette saison aura été terrible et éclairante pour le foot français. De Mediapro à la Super League en passant par les fonds d’investissement américains, tout ce que l’on craignait est arrivé cette saison… », a lâché le journaliste de RTL, qui se demande comment les clubs de L1 vont bien pouvoir se sortir de cette grave crise…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page