Radio

Le PSG manque d’identité, le constat qui fait mal signé Michel Denisot

Ce dimanche après-midi, coup d’envoi à partir de 13h, le PSG devra remonter sur le pont de la Ligue 1 face aux Girondins de Bordeaux après leur énorme déconvenue en Ligue des Champions de milieu de semaine. 

C’est souvent le même schéma qui se répète en ce qui concerne le PSG. Dominateurs une bonne partie du temps, les Parisiens s’écroulent au moment le plus important. Cette situation s’est une énième fois vérifiée face au Real Madrid. Il n’a suffi que de 17 petites minutes à Karim Benzema pour entériner les espoirs rouge et bleu. Forcément, ce n’est pas la première désillusion de la sorte et on se dit que le problème doit être extrêmement profond au sein de ce club pour réitérer de tels fiascos en un laps de temps si court. 

Un PSG sans réelle identité ?

Invité à s’exprUn imer à ce sujet sur les ondes de Europe 1, Michel Denisot, ancien président emblématique du PSG des années 90, a tenté de trouver une raison à tout ceci. Un chouïa démuni devant cet état de fait, il estime néanmoins que le manque d’identification intrinsèque à ce PSG version QSI pourrait bien être une clé à ne pas négliger.

« Je ne sais pas ce qui se passe à l’intérieur. Je ne sais pas ce qui se passe dans ces matches où il y a des remontées incroyables de l’adversaire. C’est ça qui est étrange dans cette équipe. Je ne sais pas pourquoi. À l’époque, il y avait une identification, un lien entre le public et l’équipe qui était très fort et très utile. Ça fait la force de Marseille, ça fait la force de Saint-Etienne, ça fait la force de Lens. Ce n’est pas ça qui renverse les montagnes, mais ça joue. Quand j’étais au PSG, la moitié de l’effectif a fait sept ans avec moi. Cela renforce une équipe. Aujourd’hui on voit des joueurs qui marquent un but, qui montrent le logo, puis le lendemain, ils s’en vont. C’est absurde », a confié un Michel Denisot quelque peu dubitatif devant le fait accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page