Radio

PSG : Lescure et les “coups de main” de Canal envers Tapie

Le PSG et l’OM, une longue rivalité qui dure encore de nos jours, même si la tension autour des confrontations entre ces deux équipes va en s’amenuisant ces dernières années.

Les confrontations entre l’OM et le PSG ont souvent été l’objet d’instants mémorables depuis le début des années 90. Chaque supporter de ces deux clubs possède des souvenirs inoubliables des fameux Classiques qui se sont disputés au sein de l’élite hexagonale. Pedro Miguel Pauleta, Basile Boli, Ronaldinho, sont autant de figures qui ont marqué les différentes époques jonchant cette rivalité historique. Une rivalité qui a surtout pris racines au début des années 90 lorsque le PSG est passé sous la propriété de Canal+ tandis que l’Olympique de Marseille vivait ses années fastes sous l’égide de son président historique, feu Bernard Tapie.

Un coup de main de Canal+

Une rivalité qui est donc montée crescendo, bien aidée par l’intervention du groupe Canal+. Dans l’émission Planète Liza sur les ondes de France Bleu Paris, Pierre Lescure, co-fondateur de Canal+ et président du PSG de 1991 à 2002, , s’est livré sur sa relation avec Bernard Tapie au cours de ces années folles. Des anecdotes précieuses afin de saisir le contexte bien spécifique de l’époque.

« Ce n’est pas possible de ne pas avoir un lien fort avec Bernard Tapie. On avait des rapports toniques et excitants. Il n’y a jamais vraiment eu de tension avec Bernard Tapie, sauf lors de la troisième saison du PSG quand y a eu des tensions de plus en plus grandes entre supporters. J’ai tout de même un souvenir lors d’un match où on est battu sur une tête de Boli après la finale gagnée de Ligue des Champions. Il y a deux boulons qui me sont passés tout près de la tête en tribune présidentielle. J’ai été exfiltré par Bernard Tapie lui-même qui était un peu gêné parce que pour que ces boulons arrivent là, il a bien fallu viser au lance-pierre. On a, sinon, toujours eu des rapports intelligents. Il avait aussi intérêt à cela car Canal avait un tel pouvoir financier à l’époque qu’il lui est arrivé de nous demander un coup de main, a exposé Pierre Lescure. Il nous avait notamment demandé une avance sur les droits de la Ligue des Champions pour les transferts, étant quasiment déjà qualifié. Donc, il ne pouvait pas à la fois nous demander des choses comme cela, et ne pas être un peu urbain », s’est souvenu un Pierre Lescure nostalgique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page