Réseaux Sociaux

VAR : Vincent Duluc peiné par ce tue-l’amour

L’assistance vidéo à l’arbitrage a été utilisée pour la première fois le 14 décembre 2016 lors d’une demi-finale de la Coupe du monde des clubs de la FIFA. Depuis, cet outil divise les amateurs de foot.

Certains voient ce dispositif comme le Graal. C’est l’outil qui doit permettre d’appliquer les règles du jeu à la perfection. Pour les autres, cette aide tue le football. Aujourd’hui, on utilise la VAR dans tous les championnats et toutes les compétitions du monde ou presque. Pas plus tard que ce dimanche, son utilisation a été très discutée. Effectivement, durant la demi-finale de la CAN Sénégal-Tunisie, Gueye a touché le ballon de la main dans les derniers instants. L’arbitre a accordé un penalty. Il est revenu sur sa décision après avoir visionné la VAR. Vincent Duluc, consultant pour L’Equipe, est favorable à l’utilisation de cet outil mais est conscient de ses limites.

C’est un « tue-l’amour » !

« Je pense qu’on n’est pas prêt pour la VAR. Que le foot n’est pas prêt pour la VAR. Que c’est inévitable mais que pour l’instant l’outil est très mal utilisé. On est un peu perdu entre les arbitres qui ont envie d’être aidée et puis ceux qui ont envie d’avoir raison. Il va falloir qu’on tranche. Pour l’instant c’est un peu un tue-l’amour je trouve. On n’arrive pas à être complètement heureux comme avant. Parfois des supporters à domicile attendent un mois et demi pour avoir un but et quand ils voient le but, il faut encore attendre une minute. Donc ça s’est très compliqué. Je suis pour, il faut mais qu’on sache l’utiliser. » explique Vincent Duluc au youtubeur Eric Dagrant.

Bouton retour en haut de la page
Fermer