RMC

ASSE : Edward Jay explique pourquoi Puel n’est pas viré

Vainqueur de son première match après 13 journées de Ligue 1, l’AS Saint-Etienne continue de faire confiance à son entraîneur Claude Puel. La raison est simple d’après le journaliste Edward Jay, personne ne ferait mieux dans ces circonstances.

Malgré la première victoire de la saison acquise face à Clermont (3-2) dimanche, la pression des supporters ne devrait pas disparaître. Les ultras, qui réclament le départ de Claude Puel depuis des semaines, continueront sûrement à se manifester. L’AS Saint-Etienne a pourtant indiqué qu’elle ne comptait pas changer d’entraîneur à l’heure actuelle. Ce que le journaliste de RMC Edward Jay comprend parfaitement.

« Il y a la réalité économique, mais il y a aussi la réalité sportive, a expliqué l’observateur stéphanois. On a beaucoup dit que les finances de l’AS Saint-Etienne ne sont pas au mieux, c’est un doux euphémisme. Donc c’est forcément entré en ligne de compte pour ne pas débarquer Claude Puel et son staff. Après, il y a une réalité qu’on ne met pas assez en exergue, c’est le niveau général du groupe. Si vous mettez David Copperfield (le magicien), peut-être qu’il va faire quelque chose… Mais qui va pouvoir faire quelque chose avec les joueurs qui sont là ? »

Un mercato magique espéré

« Ce qu’on me dit de l’intérieur, la difficulté c’est qu’un certain nombre de joueurs sont très jeunes. Et normalement, à leur âge, ils doivent faire entre cinq et dix bouts de match dans l’année. Sauf qu’avec les blessures, le niveau… Ces joueurs, notamment au milieu de terrain, sont pris pour des cadres et ils n’ont pas forcément l’épaisseur, le bagage technique et mental pour gérer tout ça. Je trouve que c’est un petit peu trop facile de tirer sur Claude Puel qui résiste à la pression comme c’est pas permis. (…) Quelque soit le technicien à la tête de ce groupe, c’est difficile de faire mieux, à moins d’avoir un mercato magique en janvier », a prévenu le correspondant, toujours inquiet en vue du maintien.

Un commentaire

  1. Je partage cette analyse, car les jeunes ne peuvent briller qu’à côté de joueurs plus techniques et confirmés. Heureusement d’ailleurs qu’ils sont volontaires car à n’aller que de désillusions en désillusions on risque fortement de les “cramer” au moins moralement. Alors le seul qui a accepter le challenge et qui peut le mener au mieux possible c’est C. Puel sans équivoque. Maintenant si renfort il y a je crains que l’on oublie qu’avant même un avant centre il faut un arrière central de métier pour stabiliser cette défense.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page