RMC

EdF : Griezmann-Mbappé, un remake de Zidane-Henry

Attendu dans un formidable trio avec Karim Benzema, Antoine Griezmann et Kylian Mbappé doivent encore trouver des automatismes. Mais pour Jérôme Rothen, le problème vient plutôt de leurs relations en dehors du terrain.

Malheureusement pour Kylian Mbappé, c’est en son absence que l’équipe de France a réalisé sa meilleure prestation du rassemblement. Contre la Finlande (2-0) mardi, Antoine Griezmann et Karim Benzema ont enfin répondu aux attentes de manière collective. A croire que le trio ne fonctionne pas en raison du manque d’automatisme entre « Grizou » et le Parisien. C’est aussi l’avis de Jérôme Rothen. Sauf que le consultant, lui, estime que les tensions entre les deux attaquants bloquent leur entente.

Un problème en privé selon Rothen

« Moi je pense que ça part de la relation que tu as en dehors du terrain. Il y a des signes qui ne trompent pas. Quand on est sur terrain, OK, une complicité doit se créer dans le jeu. Pour n’importe quel joueur, c’est un régal de jouer avec Mbappé donc ils doivent réussir. Par contre, il faut aussi créer des affinités en dehors. Il faut aussi se parler. Il y a le ressenti du terrain, après tu fais le bilan à la fin. C’est bien aussi d’échanger pendant le repas, la collation ou dans les chambres », a conseillé le spécialiste de RMC.

« Je pense qu’il y a trop de tensions entre les deux, a poursuivi l’ancien Parisien. (…) Je ne dis pas qu’il faut être les meilleurs amis du monde pour s’entendre sur le terrain. Moi, par exemple, je n’étais pas le meilleur ami de Pauleta. Mais si je ne pouvais pas l’encadrer, ça aurait été compliqué de faire briller Pedro. Entre Mbappé et Griezmann, je pense que c’est tendu à cause des changements de statut, de l’ego, du fait de se voir comme le meilleur joueur du monde et de ne pas accepter qu’un gamin soit au-dessus. » Puis le consultant a comparé leur situation à celle d’un précédent duo peu complice chez les Bleus.

Le rôle de Deschamps

« Regardez Zinédine Zidane avec Thierry Henry, au-delà des passes décisives, même dans le jeu, ne me dites pas que les deux ne pouvaient pas parler le même football. Mais pourquoi il y a eu si peu de relations techniques ? Ils ne se crachaient pas à la figure, mais le fait d’avoir plus d’atomes crochus ne fait pas de mal pour échanger, a-t-il argumenté. Là, on a à peu près le même cas. J’espère qu’ils auront l’intelligence de se parler et de tout mettre à plat pour que l’équipe en tire le maximum avec Karim Benzema qui est au milieu de tout ça, et qui s’entend bien avec les deux. Peut-être que Didier Deschamps a un rôle essentiel, c’est à lui de trancher pour trouver une alchimie entre les deux. » Avec le 3-4-1-2, le sélectionneur a au moins trouvé un système qui pourrait leur convenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page