RMC

FCGB : Pour Florent Gautreau, la crise peut sauver Bordeaux

Après les accusations de racisme contre Benoît Costil et Laurent Koscielny, Bordeaux traverse crise une énorme crise sportive et en interne. Mais pour le journaliste Florent Gautreau, cette situation pourrait étrangement sauver les Girondins en fin de saison.

Rien ne va plus à Bordeaux. Sur le terrain, les Girondins enchaînent les contre-performances et s’enfoncent à la dernière place de Ligue 1. Et pour ne rien arranger, une polémique pollue l’actualité du club aquitain. Lors du match perdu à domicile contre Montpellier (2-0) dimanche dernier, les Ultramarines ont accusé Benoît Costil et Laurent Koscielny de racisme. Depuis, la direction n’a pas défendu les deux hommes ciblés, seulement soutenus en privé dans le vestiaire. Pour le journaliste Florent Gautreau, cette solidarité pourrait provoquer un déclic.

« Que les joueurs et les salariés soient solidaires, c’est peut-être la seule bonne nouvelle de cette crise à Bordeaux, a envisagé le spécialiste de RMC. Parce que les joueurs ont dit en gros : “On n’a pas besoin de vous, on va s’en sortir”. Entre ce que j’ai vu sur le terrain récemment, avec des joueurs qui honnêtement n’étaient pas à la hauteur, y compris dans l’engagement, et là ce que j’entends “on va être solidaires entre nous, envers et contre tout et contre tous, on va essayer de sauver le club”, je me dis que les joueurs ont eu une réaction saine dans le vestiaire. »

« Il y a eu un vestiaire très fracturé, y compris avec Benoît Costil et Laurent Koscielny qui ne faisaient pas l’unanimité. Mais si le vestiaire est capable de se rassembler, c’est peut-être la seule bonne nouvelle de la semaine. Parce que du côté des dirigeants, il n’y a plus rien à attendre, a prévenu Florent Gautreau, pas tendre avec le propriétaire et président. (…) Le pompier pyromane, c’est Gérard Lopez. On peut parler longtemps des supporters, mais c’est quand même le président qui a sans doute en partie manipulé les supporters avant même son arrivée », a accusé le journaliste.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page