RMC

Foot : Les cinq changements ? Rolland Courbis est conquis

Alors que le football européen reprend peu à peu ses droits, sauf en France, la nouvelle règle des cinq changements par match semble faire l’unanimité.

Pourtant, lors de sa validation début mai, cette petite révolution avait été vivement critiquée par les suiveurs du football européen, qui jugeaient aberrant le passage de trois à cinq changements. Mais dans les faits, l’idée des cinq changements par équipe lors de chaque rencontre passe bien. Par exemple, lors du match entre le Bayern et Düsseldorf samedi (5-0), Hans-Dieter Flick a fait ses cinq changements en trois temps (62e, 75e, 78e), en plus de la mi-temps. Une évolution pour l’instant provisoire, sachant que la FIFA et l’IFAB ont mis cette nouvelle règle jusqu’à la fin de l’année 2020. Mais Rolland Courbis, lui, espère que cette instauration sera définitive, même après la crise sanitaire du Covid-19.

« C’est une évolution indispensable »

« Les cinq changements ? De toutes les propositions faites pendant cette crise, je trouve que c’est l’une des meilleures. Car j’espère que l’on ne va pas s’apercevoir, grâce ou à cause du virus, qu’il y avait de nombreux blessés dans le foot… C’était inquiétant, avant le virus déjà. Donc maintenant qu’on a peur des blessures, ce changement est encore plus logique. Les cinq changements, c’est intelligent, à condition que ceux-ci ne permettent pas aux équipes de casser le jeu. Ça a été fait intelligemment en Allemagne, avec des changements par deux. C’est une évolution indispensable. Car elle facilite les choses. Ça permet de se partager le boulot à plusieurs postes », a confié le consultant de RMC, qui estime donc que le football moderne doit avoir ses cinq changements, ne serait ce que pour protéger la santé des joueurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer