RMC

Le PSG se meurt, le terrible constat signé Daniel Riolo

Face au RC Lens, le PSG a glané le dixième titre de champion de France de sa jeune histoire au terme d’un match, une nouvelle fois, très moyen de la part des joueurs Rouge et Bleu.

Ce samedi soir, le PSG avait l’occasion d’inscrire un peu plus son nom au sein du panthéon hexagonal. Pour cela, il fallait à minima un match nul aux hommes de Mauricio Pochettino. Et cela a été chose faite : Après un carton rouge de Kevin Danso, le défenseur autrichien des Sang et Or, Lionel Messi envoyait une mine sublime du gauche au 25 mètres. Après 67 minutes ennuyeuses au possible, même si le RC Lens offrait une opposition de qualité, on se disait que les Parisiens dérouleraient pour fêter ce titre dignement. Néanmoins, cela n’a nullement été le cas et les Lensois sont même revenus au score grâce à une réalisation de Frankowski en toute fin de partie. Le minimum syndical a donc été de mise avec ce nul. Mais outre ce match plutôt décevant, un autre évènement est venu gâcher cette soirée.

En effet, en grève depuis plusieurs matches afin d’afficher leur mécontentement devant les choix de la direction du PSG, le Collectif Ultras Paris n’a pas encouragé ses joueurs lors de cette échéance pourtant pleine de sens. Pire, dès la 75e minute de jeu, les Ultras rouge et bleu ont quitté l’enceinte parisienne pour fêter le titre à l’extérieur du Parc des Princes. Un nouveau signe qui n’est vraiment pas de bon augure, a jugé Daniel Riolo sur les ondes de RMC. Pour le journaliste, ce qu’il s’est passé ce samedi est une énième preuve que le PSG est en pleine débandade. 

« Si tu n’as pas les supporters au stade pour faire cette communion, ce n’est pas les mecs devant leur tv qui vont t’apporter quelque chose. Eux ne compte pas parce qu’un club ne peut pas vivre comme ça. Il n’y a pas de club qui vit de cette façon-là. Il n’y a pas de club qui vit et qui se développe et qui est ambitieux sans un stade plein et qui vibre. Cela n’existe pas. (…) Avant, même avant le retour des Ultras, ce n’était pas comme ça. Il n’y avait pas cette forme de bouderie, il n’y avait pas ce ressentiment vis à vis de la direction. Il faut que les gens comprennent que le club se meurt de ce qui est en train de se passer », a alerté un Daniel Riolo qui parait très préoccupé face à une situation qui semble plus que délicate. 

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page