RMC

L’OM de Sampaoli en mode mort de faim face au PSG, Diaz n’attend que ça

Ce dimanche, c’est jour de gros match en Ligue 1 Ubereats, certainement l’un des plus attendus de la saison : le PSG reçoit l’OM dans son antre du Parc des Princes en clôture de la 32e journée. 

On le sait, les confrontations entre le PSG et l’Olympique de Marseille ont toujours une saveur bien particulière. Ce jour, cette saveur est amplifiée par d’autres facteurs prépondérants. Déjà, les deux rivaux se placent tous deux en tête du classement, même si le club de la capitale possède une confortable avance de 12 unités. Mais surtout, on a affaire à deux équipes qui se trouvent dans une forme olympique sur leurs dernières sorties. Après leur très mauvaise passe, les hommes de Mauricio Pochettino ont enchaîné deux succès fleuves face à Lorient (5-1) et face à Clermont (6-1) avec une MNM en feu. De son côté, le club olympien reste sur huit victoires de rang toutes compétitions confondues avec un visage affiché des plus attrayants.

Alors, le tout est de savoir quelle attitude adoptera l’Olympique de Marseille et Jorge Sampaoli lors de cette échéance capitale. Faut-il jouer le coup à fond ? Ou, au contraire, faut-il attendre les Rouge et Bleu, tenter de les faire déjouer, pour mieux les prendre à revers ? Sur les ondes de RMC, c’est exactement l’interrogation mise en exergue par Kevin Diaz. 

« Pour Jorge Sampaoli, soit il va faire une tactique, comme au match aller, un peu plus sobre, parce que tu sais qu’en face tu as tout de même Kylian Mbappé. Si tu joues le pressing à fond pour gêner la relance parisienne mais que tu laisses 40 mètres derrière toi, il suffira d’une passe de Neymar ou de Messi pour que Kylian Mbappé fasse la différence. Ou, est-ce que tu joues plus défensif, mais, en ce cas, tu renie tes principes de jeu. Je suis donc très curieux des choix de l’OM et de Jorge Sampaoli. Pour le PSG, il y a moins de doutes. Le jeu du PSG, on n’en attend pas grand-chose. On sait qu’ils vont avoir le ballon », s’est questionné Kevin Diaz face aux incertitudes générées par ce Classique des plus alléchants. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page